ac-amiens.fr

Combattre l’oubli en prenant appui sur le numérique

Clément Fantoli, collège Charlemagne à Laon

Les neurosciences cognitives nous apprennent que l’oubli est un phénomène naturel d’estompage des informations stockées dans les différentes mémoires de notre cerveau. Il est plus ou moins rapide selon le type de mémoire, la rétention des informations allant de quelques microsecondes à plusieurs années voire même toute la vie. Mais pourquoi oublions-nous ?

Entre absence de mémorisation et difficulté de rappel de l’information

En classe nous utilisons différentes mémoires dont la durée de rétention peut varier de quelques fractions de seconde à plusieurs années (voir toute la vie). Les connaissances sur le monde et sur soi sont stockées dans la mémoire sémantique, pour que les élèves puissent retenir les informations abordées en classe à moyen ou long terme et ne pas les oublier il est essentiel de les consolider.

Deux causes peuvent expliquer l’oubli, la première est tout simplement le manque de consolidation. En effet, pour ancrer une connaissance, le cerveau a besoin de la revoir, de la répéter, de la transférer sur une situation voisine, un autre exercice.

  • La reprise : dans la Neuro’classe du collège Charlemagne, il existe une boîte à mot dans lequel les enseignants glissent des notions de vocabulaire complexe, nouvelles et à retenir. Les professeurs intervenants pendant les heures de réactivation inscrite dans l’emploi du temps des élèves peuvent prendre des mots au hasard et demander aux élèves de les expliquer. L’équipe pédagogique utilise également le logiciel Plickers, qui permet de questionner les élèves de manière ludique.
  • Le transfert : il consiste à revoir une connaissance sur une situation voisine et autre que celle abordée pendant la découverte. Cette dernière demandera à l’élève d’appliquer les mêmes connaissances sémantiques mais en faisant appel à d’autres connaissances procédurales. Ce moment privilégier permettra à l’enseignant de voir si l’élève a acquis un niveau de compétence attendu.

Performant : Mémoire sémantique (connaissances purement disciplinaires) et Mémoire procédurale (Savoir-faire, automatisme)
Connaissant : Mémoire sémantique (connaissances purement disciplinaires) et Savoir-être
Exécutant : Mémoire procédurale (Savoir-faire, automatisme) et Savoir-être
Compétent : Mémoire sémantique (connaissances purement disciplinaires), Mémoire procédurale (Savoir-faire, automatisme) et Savoir-être

La seconde cause peut expliquer le phénomène qu’est l’oubli par une difficulté de rappel, c’est-à-dire que l’information est belle et bien stockée mais le cerveau ne retrouve pas le « chemin » pour la rappeler à la surface.

Il y a trois types de rappel :

  • Le rappel libre : qui ne donne aucune indication à l’élève, ce dernier devra donc aller rechercher l’information stockée dans ses mémoires sans aide.
  • Le rappel indicé : l’élève bénéficie ici d’un indice, d’un mot évocateur pour lui permettre de retrouver plus facilement l’information.
  • Le rappel par analogie : dans ce cas, l’élève voit la réponse parmi d’autres qui sont fausses et il doit sélectionner la bonne.
Mise à jour : 26 mars 2019