ac-amiens.fr

Baccalauréat 2016

Du mercredi 15 au mercredi 22 juin 2016

La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a détaillé les effectifs des candidats au baccalauréat, les calendriers des épreuves ainsi que les dispositifs nouveaux ou récents, comme le droit pour les 10% de meilleurs bacheliers de chaque filière de chaque lycée d’intégrer une filière sélective de l’enseignement supérieur public.

Le baccalauréat est le certificat que donne l’État et qui atteste à tous que le jeune Untel ne sait absolument rien faire." Cette phrase de Paul Valéry, lui-même titulaire d’un baccalauréat, nous rappelle que les critiques qui, chaque année, reviennent au sujet du bac sont aussi anciennes que le bac lui-même. Le temps, dans ce domaine, ne fait rien à l’affaire. Ni le nombre des candidats. Ainsi, en 1947, à une époque où seulement 3 % d’une classe d’âge l’obtenait, on trouvait déjà formulée la critique suivante : "Tout serait simple si le bachot remplissait encore sa fonction. Mais, submergé sous le nombre des candidats qui s’est accru prodigieusement, le baccalauréat a vu son niveau baisser d’une façon constante [...]" [1].

Année après année, siècle après siècle, au mois de juin revient le baccalauréat. En dépit des attaques répétées et du dénigrement systématique dans lequel certains se complaisent.

Quoi que l’on en dise et quoi que l’on en pense, le baccalauréat est un diplôme exigeant. Il fait partie de ces expériences qui unissent, par-delà les générations. Il vient évaluer et valider les connaissances et les compétences acquises par l’élève au terme de sa scolarité. Il lui ouvre, une fois obtenu, les portes de l’enseignement supérieur. Le baccalauréat est un repère et un pilier de notre système scolaire.

Chaque année, le bac évolue. Dans ses modalités d’organisation comme dans la prise en compte des évolutions permises par le développement des nouvelles technologies, ou par la diversification des voies d’accès qui tient compte de la diversité des vocations et des parcours de nos élèves. Ce fut le cas avec la création par François Mitterrand du bac professionnel, dont nous célébrons les 30 ans. Cet anniversaire a été l’occasion, tout au long de l’année, de mettre en valeur cette filière dans laquelle s’engagent, à chaque rentrée, 700 000 élèves. Surtout, j’ai souhaité profiter de ces 30 ans pour renforcer l’attractivité du bac professionnel grâce à de nouvelles mesures : organisation de jumelages entre collèges et lycées professionnels, ouverture d’un nouveau droit pour les élèves de seconde professionnelle de se réorienter jusqu’aux vacances d’automne, ou encore labellisation de nouveaux Campus des métiers et des qualifications.

À quelques jours du début des épreuves écrites, je tiens donc à dire, à tous les lycéens qui révisent actuellement cet examen, à quel point il est important, et à quel point ils ont raison de s’investir pleinement pour le réussir. Cela est d’autant plus vrai que, depuis l’an dernier, les 10 % de meilleurs bacheliers de chaque lycée se voient proposer le droit d’intégrer une filière sélective de l’enseignement supérieur.

Je souhaite également remercier tous ceux qui, correcteurs, examinateurs, surveillants, personnels des centres d’examen, rendent possibles cet examen, en France et à l’Étranger.

C’est grâce à vous que, depuis sa création en 1808, le baccalauréat continue d’exister, année après année. Et n’en déplaise à Paul Valéry, je lui souhaite encore de belles et longues années pour les décennies qui viennent. Car le baccalauréat demeure un moment important dans la vie d’un élève et un diplôme essentiel au sein de notre système scolaire et de notre société tout entière.

Excellent baccalauréat 2016 à toutes et à tous !

Najat Vallaud-Belkacem,
ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Mise à jour : 14 décembre 2016