ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Vendredi 11 : Lancement des Alliances Educatives

Valérie Cabuil, recteur de l’académie d’Amiens, chancelier des universités, a ouvert le lancement des alliances éducatives dans l’académie, en présence de Gilbert Leclere, chef du Service Académique d’Information et d’Orientation et des chefs d’établissements ciblés pour cette nouvelle expérimentation, dans les locaux du Centre Information et d’Orientation Amiens Sud.

La lutte contre le décrochage est un axe majeur de la loi de refondation de l’école, avec l’objectif de réduire de moitié le nombre de sortants sans qualification d’ici 2017.

Le décrochage a un coût élevé pour la société, en termes humains, sociaux et économiques, mais qu’il ne constituait en aucun cas une fatalité. Pour preuve, alors qu’il y a cinq ans, on comptait près de 136 000 jeunes qui décrochaient chaque année, ils sont aujourd’hui environ 110 000 à quitter le système de formation initiale sans avoir obtenu une qualification équivalente au baccalauréat ou un diplôme à finalité professionnelle (CAP certificat d’aptitude professionnelle , BEP brevet d’études professionnelles ). On dénombre aujourd’hui 494 000 jeunes de 18 à 24 ans sans diplôme et en dehors de tout dispositif de formation.

L’académie d’Amiens est une académie particulièrement touchée par le décrochage scolaire. En effet, en mars 2015, elle compte 10,36% de décrocheurs chez les jeunes de plus de 16 ans scolarisés l’année précédente, soit 6241 jeunes. Ce chiffre est globalement en légère baisse par rapport à la campagne de mars 2013, avec notamment une baisse de 1% du taux de décrochage constaté en second cycle professionnel.

Le 21 novembre 2014 le ministère de l’éducation nationale a lancé le plan " Tous mobilisés pour vaincre le décrochage ", réunissant des objectifs, des mesures et des moyens visant à lutter contre le décrochage scolaire. Parmi les moyens ciblés sont évoquées les alliances éducatives, pour la prévention du décrochage. Il s’agit d’un mode de coopération interprofessionnel visant à apporter une prise en charge adaptée et individualisée en fonction des besoins du jeune.

 Notre académie, avec celle de Nancy-Metz, a été choisie pour expérimenter ce dispositif durant l’année scolaire 2015-2016

Le plan faisait suite au rapport de l’Inspection générale de juin 2013 intitulé : " Agir contre le décrochage scolaire, alliance éducative et approche pédagogique repensée ".

Rapport très intéressant qui n’est pas une approche statistique autour du décrochage mais plutôt une approche centrée sur l’individu, et une approche opérationnelle.

Anne Armand, coordinatrice de ce rapport pour l’IGEN Inspecteur Général de l’Éducation nationale (Inspection Générale de l’Education Nationale) venue récemment intervenir au séminaire académique organisé à Amiens lors de la semaine de la persévérance scolaire sur le thème " la prévention du décrochage et des pratiques pédagogiques ", a pointé l’importance du regard croisé que tous les acteurs de l’école doivent avoir sur chaque élève.

L’expérimentation dans notre académie se déroulera en deux temps : il sera procédé tout d’abord à un état des lieux de l’existant, puis à un renforcement du recours aux Alliances éducatives. Elle donnera lieu à un suivi qui s’articulera en plusieurs étapes, à partir de cette réunion de lancement : une réunion intermédiaire se tiendra en mars 2016, en vue d’un bilan final en juillet 2016. Le souci de l’évaluation sera constant tout au long de l’expérimentation : pour ce faire, une méthodologie sera élaborée en lien avec nos différents partenaires, dans le cadre de réunions de travail conjointes.

 Concept des alliances éducatives

Il désigne le travail en commun effectué par les différents professionnels qui interviennent en lien avec l’élève et qui allient leurs compétences et leurs savoir-faire dans le cadre d’une approche globale. Sur la base d’un diagnostic partagé des difficultés et des potentialités de l’élève, elles visent à apporter une ou plusieurs réponses individualisées aux difficultés rencontrées par le jeune en risque ou en situation de décrochage. Ces réponses sont à chaque fois élaborées collectivement.

L’alliance est donc à configuration variable en fonction des besoins de chaque élève, tant dans sa composition que dans son étendue. Elle part d’une alliance interne à l’établissement ou à l’école qui peut s’élargir à des partenaires externes. Ceux-ci peuvent être par exemple des associations, des collectivités ou des entreprises. Si le jeune est déjà suivi par un partenaire, ce dernier sera intégré dès le départ à la démarche de prévention du décrochage.

Le rapport de l’Inspection générale met en avant plusieurs principes centraux dans la mise en place des alliances éducatives, qui en constituent la philosophie :

  • L’individualisation : l’alliance éducative permet de proposer à chaque élève concerné des réponses adaptées à ses difficultés, sur la base d’un diagnostic individualisé.
  • La pluralité des regards : les alliances éducatives visent à solliciter un ensemble de partenaires internes ou externes possédant chacun un domaine d’expertise et pouvant chacun apporter un éclairage particulier sur la situation de l’élève.
  • Un refus d’externalisation : la sollicitation de partenaires externes ne doit pas être synonyme d’externalisation de la prise en charge. Chaque élève se voit attribuer un référent qui maintient un lien entre l’établissement et l’élève et sa famille via des échanges réguliers.
  • Un suivi formalisé : des échanges et un suivi réguliers sont assurés pour chaque élève. L’échange d’informations entre les différents acteurs est encadré par une charte de déontologie que chacun s’engage à respecter. Cette charte peut être adaptée en fonction du contexte spécifique de chaque établissement.
  • La cohérence des actions : la concertation des différents acteurs doit permettre d’assurer la cohérence des réponses apportées, sans segmentation entre les dimensions pédagogiques et éducatives C’est donc sur la base de ces principes que plusieurs établissements de notre académie ont été ciblés, dans la mesure où ils sont porteurs de pratiques pertinentes qui pourront servir de base à l’expérimentation.

Par ailleurs, le service civique a été valorisé comme moyen de lutter contre le décrochage scolaire. Dans ce cadre, un partenariat a été formalisé entre les acteurs suivants : Rectorat, CEMEA, Conseil régional, DRJSCS, DDS, CIO Centre d’information et d’orientation et établissements scolaires.

Enfin, les IEN Inspecteur de l’Education nationale -IO (Inspecteur de l’Education Nationale - Information Orientation) assurent un rôle de suivi et de conseil technique auprès des établissements, notamment dans la mise en oeuvre des pistes d’expérimentation et le développement des partenariats. Leur connaissance des spécificités et du contexte locaux leur permettra de guider chaque établissement dans le renforcement du recours aux alliances éducatives.

Mise à jour : 13 mai 2016