ac-amiens.fr

Congés d’été

Du lundi 10 juillet au vendredi 1er septembre, le rectorat est ouvert de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30.

Les compétences, leur articulation avec les disciplines et la formation des élèves

L’intégration du socle commun dans l’enseignement ne se limite pas à des questions d’évaluation. Il implique des modifications profondes du fonctionnement des enseignements et des objectifs de la formation.

Le socle commun est un socle de connaissances et de compétences. Si le travail sur les connaissances est traditionnel en France, toutes les disciplines, toutes les équipes pédagogiques n’en sont pas au même point de développement du travail sur les compétences. Certains établissements ont participé, au cours des deux dernières années, à des expérimentations de l’évaluation de certaines compétences du socle commun. Il importe donc de respecter, d’exploiter en les mobilisant et en les situant dans le cadre institutionnel actuel, ces expériences diverses.

« Il faut mettre l’accent sur la capacité des élèves à mobiliser leurs acquis dans des tâches et des situations complexes, à l’école et dans la vie. » C’est ainsi que le Haut Conseil définit la philosophie générale du socle commun et qu’il préconise pour cela une approche par compétences. Il faut en retenir qu’une compétence acquise doit se manifester par la capacité des élèves à traiter efficacement un ensemble de situations globales, porteuses de sens et détachées d’un contexte strictement disciplinaire. L’objectif est donc très éloigné de la stricte construction de savoirs disciplinaires même si ceux-ci peuvent constituer des ressources indispensables à l’acquisition de la compétence visée. Le socle commun définit une compétence comme une combinaison de connaissances, de capacités et d’attitudes mobilisables dans des situations variées.

Le Haut Conseil affirme fortement ce caractère transdisciplinaire d’un travail par compétences : « L’acquisition d’une compétence requiert la contribution de plusieurs disciplines, et, réciproquement, une discipline contribue à l’acquisition de plusieurs compétences… Chaque discipline devant contribuer à la maîtrise du plus grand nombre de compétences possible. »

Enfin, « Le socle n’est pas le tout de l’enseignement » affirme le Haut Conseil. Le travail sur le socle constitue la priorité absolue, le cœur de l’enseignement sur la scolarité obligatoire, mais pas sa totalité. Autrement dit, les disciplines continuent à poursuivre des objectifs propres, que leurs programmes officiels affichent, mais en les intégrant dans une démarche au sein de laquelle le socle constitue la priorité. Ainsi, un professeur qui prépare un cours continue à viser l’enseignement de certains contenus disciplinaires mais il doit, systématiquement, se poser la question des connaissances, des capacités et des attitudes figurant dans le socle commun que la séance qu’il prépare va permettre de développer chez ses élèves.

En conséquence, la construction d’une compétence se poursuit, chez chaque élève, dans la durée et au sein de l’enseignement de plusieurs disciplines et d’abord dans la classe. Des soutiens efficaces et individualisés pourront être apportés dans des situations bien identifiées de façon à atteindre l’objectif de maîtrise du socle par tous en fin de scolarité obligatoire.

Les sept compétences sont enseignées, en progressivité, tout au long du cursus du collégien (depuis la sixième jusqu’à la troisième), leurs validations sont concentrées sur les classes de quatrième et de troisième, ce qui n’empêche aucunement d’en valider certaines avant, et dés qu’elles sont acquises (par exemple le savoir nager dans la compétence 7, dés la fin de la classe de sixième).

Mise à jour : 4 mai 2016