ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

La CUP

Dispositif pédagogique conçu et mis en œuvre par Mmes HOORNAERT et DUPUY, professeures

La CUP ou Classe à Unité Pédagogique est un projet innovant du collège Anatole France de Montataire mené avec une classe de 5ème et une classe de 4ème en Français. Elle a pour ambition de travailler en cycle, comme le préconisent les nouveaux programmes, en réunissant le plus souvent possible les élèves des deux niveaux dans une même classe.

Les objectifs du dispositif, fixés en concertation avec l’équipe de direction, et les moyens mis en œuvre sont les suivants :

  1. Faire en sorte que chaque élève travaille selon ses compétences : Activités et évaluations différenciées, programmes personnalisés de travail
  2. Développer l’autonomie des élèves : Travaux de groupe, pédagogie inversée, auto-évaluation et auto-correction
  3. Favoriser la responsabilisation des élèves : Pédagogie par les pairs, travaux avec des élèves d’un niveau différent

 Organisation matérielle

Une classe de 5ème et une classe de 4ème sont associées selon les modalités matérielles suivantes :

  • les heures de Français des 5èmes et des 4èmes sont alignées dans les emplois du temps ;
  • l’équipe bénéficie des deux salles de classes « classiques » et d’une « grande salle » réservable, capable d’accueillir l’ensemble des élèves ;
  • deux heures par semaine, un professeur supplémentaire de Français intervient dans le cadre du dispositif de co-enseignement propre à l’établissement.

 Organisation didactique et pédagogique

Organisation annuelle

Tout d’abord, les deux professeurs ont préparé en amont une progression annuelle spécifique qui articule les attendus thématiques et méthodologiques des programmes officiels avec les exigences du travail de cycle.

Pour cela, l’équipe pédagogique a commencé par faire émerger les points communs des programmes de 5èmes et de 4èmes de manière à concevoir des séquences et des activités communes. Les points communs s’avèrent être de différentes natures : génériques (Ex. : étude en commun du théâtre), thématiques (Ex. : questionnement autour de la notion du héros, du surnaturel dans la littérature), méthodologique (ex : savoir écrire un portrait, savoir résumer un texte…), linguistiques (Ex. : progression spiralaire de l’étude de la langue, étude de la ponctuation, effectuer des accords…) et liés aux compétences (Ex. : compréhension écrite et orale, production écrite et orale).

Ensuite, les professeurs se sont attachés à varier les moments durant lesquels les supports et activités étaient communs aux 5èmes et aux 4èmes et les moments durant lesquels supports et activités étaient différents pour les deux niveaux.

Enfin, à la fin de chaque trimestre, des temps de remédiation appelés « Semaines sparadrap » ont été prévus.

Modalités de travail en commun

Tous dans la même salle :

  • groupes mixtes 5ème/4ème : lorsque l’activité est identique pour tous les élèves
  • groupes différenciés : qu’ils soient en 5ème ou 4ème, les élèves travaillent la même compétence mais sur des supports différenciés.

Répartis dans plusieurs salles :

  • répartis par niveau 5ème/4ème : lorsque les activités sont différentes pour les 5èmes et les 4èmes
  • groupes de besoin pour de la remédiation : qu’ils soient en 5ème ou 4ème, les élèves sont répartis en fonction des compétences qu’ils ont à acquérir

Principes pédagogiques

Le plus souvent possible, les élèves sont mis en position d’autonomie et dans des situations de travail coopératif.

Pour favoriser l’autonomie, les professeurs proposent des activités totalement réalisables sans la participation du professeur, qui reste cependant une personne ressource à disposition des élèves. Par exemple, dans le cadre d’une séquence de langue de deux semaines, les élèves disposent d’un programme personnalisé de travail constitué de plusieurs fiches à réaliser sans ordre prédéterminé. Les élèves sont répartis par groupe, avec des camarades qui partagent le même programme qu’eux. Ils commencent par établir une progression commune et se fixent leurs propres objectifs. Chaque fiche à réaliser contient un support de leçon à construire ou compléter en autonomie ainsi que des exercices d’application pour lesquels des corrections détaillées et commentées sont à disposition. À l’issue de la séquence, chaque élève réalise une tâche finale adaptée mobilisant les différents items qu’il a travaillés au sein de son groupe.

Pour favoriser la coopération, les activités sont conçues de manière à inciter les élèves à échanger et à partager leurs savoirs. Par exemple, lors d’une séance dont l’objectif était de différencier le fantastique du merveilleux, les élèves de 5ème ayant étudié le merveilleux et les élèves de 4° ayant étudié le fantastique étaient obligés de mettre en commun leurs connaissances pour percevoir les différences entre les deux registres et établir une synthèse commune.

De plus, les professeurs s’attachent à expliciter constamment les objectifs et les enjeux de chaque activité. Par exemple, lors de la rentrée scolaire, les professeurs ont présenté le dispositif de la CUP aux élèves, en explicitant ses objectifs et les modalités de travail. Les élèves ont même été invités à s’approprier le sigle CUP en le renommant ; ils ont ainsi proposé des appellations comme Changer Utilement en Permanence, Comment (devenir) Un Prof ou encore Classe Unique de Partage.

À travers ces modalités pédagogiques, les élèves sont donc amenés à s’approprier les savoirs et à mieux les maîtriser en les expliquant à d’autres.

Mise à jour : 5 mars 2019