ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Mise en place des référents parentalité dans les collèges et les lycées

Jeudi 31 mai et mardi 5 juin 2018

Le 31 mai dans l’Oise et la Somme puis le 5 juin dans l’Aisne, des personnels du second degré, identifiés par les chefs d’établissement, ont été réunis pour bénéficier d’une formation visant à développer les liaisons entre parents et établissements du second degré.

A la demande de la rectrice Béatrice Cormier, chaque principal ou proviseur des trois départements a identifié un personnel pour assurer dans son établissement la mission de formateur-référent à la parentalité : personnels de direction, CPE Conseiller principal d’éducation , infirmières, assistantes sociales, professeurs…ont été regroupés l’espace d’une demi-journée, à Beauvais, Amiens ou Laon, sur le thème du renforcement de la coéducation.

Les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne ont ouvert la formation dans leurs départements puis le directeur académique adjoint de l’Oise, référent académique pour la parentalité, a présenté les missions d’un référent :

  • Développer les liaisons entre les parents et l’École ;
  • Accompagner la mise en place des conditions d’accueil des parents ;
  • Aider les professionnels de l’éducation à adopter une posture compréhensive et bienveillante à l’égard des parents ;
  • Former les équipes dans l’utilisation des outils existants, dans les pratiques quotidiennes.

L’auditoire a ensuite bénéficié d’une conférence de Claude Bisson-Vaivre, Inspecteur Général de l’éducation nationale honoraire dans la spécialisation "Établissements et vie scolaire" qui s’est notamment appuyé sur le rapport qu’il a présenté en 2017 en tant que médiateur de l’Éducation nationale. L’IGEN Inspecteur Général de l’Éducation nationale a précisé les « irritants » relevés dans les saisines (la carte scolaire ; le handicap ; l’orientation ; les devoirs à la maison ; les procédures disciplinaires ; le harcèlement) et montré que le manque d’explicitation était souvent la cause de ces points de friction. Il a précisé la nécessité, non pas de changements majeurs, mais d’ajustements avec une évolution des gestes et postures professionnels. Ses propos étaient illustrés par des références historiques, témoins de cette recherche d’une évolution de la relation avec les familles.

Dans chaque département, des représentants de la FCPE Fédération des Conseils de Parents d’Elèves et de la PEEP Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public ont ensuite présenté comment les fédérations de parents d’élèves pouvaient intervenir dans ce principe de rapprochement École-parents et ont insisté sur leur accompagnement dans le respect des valeurs de la République.

Une table ronde a permis à des intervenants multicatégoriels de témoigner d’actions remarquables dans leurs établissements, de partager les analyses de leurs expérimentations et ont ainsi motivé l’auditoire par leur propositions variées et concrètes.

Chaque séminaire a été clos par l’IGEN et peut être ainsi résumé :
La confiance ne se décrète pas, elle se construit et notamment autour de pratiques qui ont réussi.

Le contenu de ces formations entrait en cohérence avec le nouveau projet académique 2018-2021 dans le principe de « donner confiance » pour permettre la réussite de chaque élève.

Mise à jour : 26 juin 2018