ac-amiens.fr

Sommaire

Mener une remédiation efficace et attrayante en Lettres

En créant un magazine en ligne avec Madmagz

Marjolaine Gunata, professeure de lettres modernes au lycée Jean Racine de Montdidier, propose à ses élèves de seconde un travail de correction ludique à l’aide du service de publication en ligne de magazine Madmagz proposé dans l’ENT Léo. Voici son retour sur cette expérience.

 Contexte de travail

La conception d’un magazine en ligne par les élèves a pris place dans le cadre de la première séquence de Seconde, portant sur « l’être et le paraître » chez les moralistes du XVIIème siècle (séquence issue du manuel Empreintes littéraires, Magnard). J’ai mis en œuvre cette séquence avec deux classes de profils différents : une classe européenne et une classe moins scolaire mais dynamique à l’oral.

L’idée de ce magazine m’est venue à l’issue de la correction du premier devoir de l’année des élèves, qui consistait en un petit compte-rendu de lecture cursive sur un conte de Charles Perrault au choix, à partir de deux questions portant respectivement sur le rôle des vêtements et sur la moralité du récit.

En effet, j’ai constaté de grandes disparités entre les élèves au niveau de la faculté à développer et à interpréter un texte littéraire.

Ne souhaitant pas proposer aux élèves un corrigé-type pour ce travail-là, j’ai décidé d’essayer de les amener à être acteurs de la correction en se fixant pour cela un but concret : réaliser un magazine en ligne destiné à être publié sur le site du lycée et donc accessible à toute la communauté scolaire.

 Objectifs pédagogiques

Les objectifs pédagogiques principaux étaient les suivants :

  • revenir sur un devoir de manière ludique et créative et les engager dans une tâche complexe ;
  • permettre aux élèves de comprendre les exigences du début de Seconde en consultant les devoirs de leurs camarades et en s’en inspirant pour réécrire leur propre réponse ;
  • favoriser les échanges entre élèves par la recherche et l’écriture collaborative ;
  • encourager et valoriser l’implication des élèves dès le début de l’année en mettant en valeur leur travail commun sur le site du lycée.

 Mise en œuvre avec les élèves

J’ai profité de l’heure de demi-groupe hebdomadaire en Seconde pour mener ce « projet Perrault ». Ayant deux classes de Seconde donc quatre demi-groupes au total, j’ai attribué un conte différent à chaque demi-groupe parmi les suivants : Cendrillon, Le Chat botté, Le Petit Poucet et Le Petit Chaperon rouge.

les différents contes analysés

Lors de la première heure en demi-groupe, nous avons lu à haute voix le conte correspondant et sommes revenus oralement sur les principaux éléments de réponse aux deux questions posées dans le devoir. J’ai ensuite expliqué aux élèves quel était le projet que je souhaitais leur faire réaliser, en insistant bien sur le fait que leur travail allait être mis en ligne et accessible à tous leurs camarades.

Selon les désirs des élèves, j’ai alors réparti les élèves de chaque module en cinq petits groupes avec des rôles différents  : le premier groupe des rédacteurs (pour la question sur les vêtements), le second groupe des rédacteurs (pour la moralité), mais aussi le groupe des chercheurs en images, le groupe des spécialistes et enfin le groupe des rédacteurs en chef.

Tandis que les deux premiers groupes réécrivaient une réponse aux questions du devoir en se servant des différentes copies à leur disposition, le groupe de chercheurs en images devait choisir et analyser une illustration du conte par Gustave Doré, le groupe des spécialistes lire et sélectionner des critiques marquantes du conte (notamment à partir de la Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim) et le groupe des rédacteurs en chef imaginer un édito s’adressant aux futurs lecteurs du magazine.

Au terme de cette première heure, j’ai demandé aux élèves de m’envoyer leurs productions, encore inachevées, par la messagerie de l’ENT et je leur ai renvoyé, pour l’heure de demi-groupe de la semaine suivante, des appréciations provisoires et des conseils d’amélioration. Dès la seconde heure de module, les élèves devaient donc finaliser leur travail en tenant compte de mes remarques. Lors de cette seconde heure, j’ai expliqué aux élèves comment mettre en page leur article et ceux qui en ont eu le temps (c’est-à-dire les trois quarts) ont donc réussi à m’envoyer leur travail abouti au terme de cette séance. J’ai laissé un délai d’une semaine aux quelques autres pour me faire parvenir leur article.

 Les plus-values pédagogiques de l’utilisation de Madmagz

Madmagz est simple d’accès et d’utilisation, pour les enseignants comme pour les élèves : en effet, plusieurs formats de magazines y sont pré-enregistrés, ce qui signifie que la mise en page y est déjà quasiment faite. Cela permet un gain de temps considérable et laisse donc plus de place au travail de rédaction en lui-même.

Accès à Madmagz depuis les applications de l’ENT Léo

Le fait d’utiliser Madmagz est motivant pour les élèves, qui prennent plaisir à écrire autrement puis à constater l’aspect abouti de leur travail : il ne s’agit plus d’une simple copie réécrite, mais d’un petit ouvrage réalisé à plusieurs mains et agréable à feuilleter, virtuellement ou après impression.

Le caractère interactif et créatif de cette plateforme rend possible des projets divers, quelle que soit la discipline enseignée.

 Conclusion

Outre les objectifs évoqués précédemment, ce dispositif a permis à mes élèves de Seconde d’amorcer une réflexion sur le processus d’édition d’un magazine. En somme, ce sont les trois pôles de l’activité littéraire qui ont été abordés : lire, écrire et publier !

Mise à jour : 12 janvier 2018