DSDEN 80

Sommaire

Inauguration des travaux des élèves au collège Béranger de Péronne dans le cadre des Journées du 1% artistique

Vendredi 15 septembre

Valérie Cabuil, rectrice de l’académie d’Amiens, chancelière des universités s’est rendue au collège Béranger de Péronne à la rencontre de l’équipe éducative et des élèves de 4ème lors de l’inauguration de leurs travaux dans le cadre des Journées du 1% artistique. En présence des représentants des partenaires du projet, conseil départemental de la Somme, mairie de Péronne, DRAC Direction régional des affaires culturelles et des équipes pédagogiques et d’encadrement, les élèves et leur enseignant Monsieur Dirson, ont procédé à une visite guidée et commentée l’oeuvre.

Dans le cadre d’un projet interdisciplinaire associant les arts plastiques et le français, une classe de quatrième a travaillé à partir de la problématique : en quoi la déambulation vers l’œuvre permet de redécouvrir le paysage ?

 Contexte

Depuis trois ans, dans l’académie d’Amiens, une expérimentation initiée en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC Direction régional des affaires culturelles ) est proposée à huit équipes pédagogiques, réparties sur le territoire académique. Dans ce contexte de proximité avec une œuvre d’art, les équipes pédagogiques élaborent des actions autour de la découverte ou la redécouverte de l’œuvre, de temps d’échange entre les élèves et un professionnel de l’art ou l’artiste, ou toutes autres formules qui peuvent être envisagées comme des moments fédérateurs, ponctuations culturelles dans la vie de l’établissement.

La mise en valeur de ce patrimoine artistique au sein de notre région au travers des œuvres « déjà-là » dans les établissements scolaires et l’espace public, sera portée par un outil de valorisation et de mutualisation élaboré en partenariat avec le réseau Canopé (National) permettant de rendre visible les différents projets.

 Inscription de l’œuvre dans l’espace public

En collaboration avec Guillaume Morlans (Ingénieur paysagiste), Gilles Clément a scénographié deux îles. La première, constituée de cinq reliefs, émerge des berges auparavant en friche de l’étang du Cam. La deuxième, plus petite, sera le Sixième continent. Plantée d’espèces venues des cinq continents capables d’évoluer sur ce biome (zone climatique sur la planète) tempéré, cette première île est accessible par une passerelle depuis les berges. Sur le Sixième continent, vierge de toute plantation, les visiteurs seront invités à planter un arbuste, un bulbe, une vivace, originaire de leur pays. S’il s’agit d’un jardin de taille modeste, sa force symbolique prend tout son sens dans ce contexte et fait écho à l’Historial de la Grande Guerre. En effet, le positionnement du jardin révèle totalement l’architecture néo-moderniste du bâtiment dessiné par Henri Ciriani. L’Historial de la Grande Guerre de Péronne est aussi une architecture contemporaine s’inscrivant avec force dans le patrimoine architectural. Contrairement au contexte de guerre où les hommes viennent pour se battre, les plantes, des espèces originaires de biome tempéré, vivent ensemble.

 Projet du collège Béranger de Péronne

Dans le cadre d’un projet interdisciplinaire associant les arts plastiques et le français, une classe de quatrième a travaillé à partir de la problématique : en quoi la déambulation vers l’œuvre permet de redécouvrir le paysage ?

Il s’inscrit dans la thématique Jardin, paysage et environnement comme un Parcours et déambulation vers Le Sixième continent œuvre paysagère réalisée par Gilles Clément en 2013.

Les intentions sont d’amener les élèves à regarder, observer leur environnement, et réaliser un parcours, une déambulation qui part du collège pour arriver dans le jardin du Sixième continent. Ce cheminement permet aux élèves de poser leur regard et de prendre le temps de contempler le paysage :

  • regarder et voir son environnement
  • comprendre que le jardin peut faire parti du champ des arts plastiques
  • comprendre que le jardin impose un rapport au temps particulier.
  • travailler en groupe et de façon collaborative.
  • comprendre qu’une œuvre peut-être collective et pluridisciplinaire.

Un partenariat consolidé : Le jardin, un objet créatif

Les artistes Cléa Coudsi et Éric Herbin, en résidence à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, ont accompagné les élèves sur le projet et leur ont permis de les faire réfléchir sur la question du jardin, du paysage et de leur environnement au travers de diverses pratiques artistiques.

Ce projet a permis de prendre conscience que l’espace où se trouve Le Sixième continent est, pour les élèves, un lieu important, lié pour certains à l’enfance et pour d’autres à l’intime. C’est un lieu très présent dans l’environnement des élèves et qui renvoie à diverses temporalités. Celles des élèves, celle de la Grande Guerre avec l’Historial qui se trouve en face mais aussi celle du jardin en lui-même, qui est en permanente évolution et changement.

Cette expérimentation est aujourd’hui partagée avec un plus large public dans le cadre des Journées du 1% artistique.

 La quatrième édition des « Journées du 1% artistique »

Ces journées ont lieu du 16 au 22 septembre 2017 et s’inscrivent dans le cadre des « Journées européennes du Patrimoine 2017 » programmées les 16 et 17 septembre sur le thème « Jeunesse et Patrimoine ».

Depuis plus de 60 ans, le « 1% artistique » permet de consacrer 1% du montant des travaux de certaines constructions publiques à la création ou à l’acquisition d’œuvres d’art contemporain, pour une exposition dans les bâtiments de la structure qui l’aura financée. Initialement limité aux bâtiments relevant du ministère chargé de l’éducation nationale, le « 1% artistique » a progressivement été élargi à d’autres lieux d’exposition. Il concerne aujourd’hui la plupart des bâtiments publics de l’État et ceux des collectivités territoriales, dans la limite des compétences qui leur ont été transférées par les lois de décentralisation. Le ministère en charge de l’éducation nationale est ainsi fortement représenté au sein de l’inventaire historique des 1% réalisés.

Près de 12 500 œuvres créées par près de 4 000 artistes confirmés ou émergents sont ainsi exposées en France métropolitaine et ultramarine. Ces œuvres constituent aujourd’hui une étonnante collection à ciel ouvert, témoin des évolutions artistiques de notre pays.

Les Journées du 1% artistique, de l’école à l’enseignement supérieur, manifestation de valorisation de l’art contemporain dans les établissements d’enseignement scolaire et supérieur, général ou agricole, se dérouleront du 16 au 22 septembre 2017. Elles s’inscrivent dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine qui ont pour thème cette année « Jeunesse et patrimoine ».

Pour la quatrième édition de ces Journées, écoles, collèges, lycées, universités et établissements d’enseignement supérieur ouvriront leurs portes afin que les visiteurs se réapproprient les lieux et découvrent les artistes et les œuvres contemporaines qui y ont été créées.

Les équipes pédagogiques, les élèves proposent tout au long de cette semaine des actions de médiation culturelle à destination de leurs pairs et du grand public. Des expositions, des rencontres, des parcours autour d’œuvres, seront mis en place, des réalisations d’élèves créeront autant de moments de valorisation et de transmission de ce corpus unique d’œuvres issues du 1 % artistique.

Lancée en 2014, cette manifestation est portée par les ministères de la Culture, de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que de l’Agriculture et de l’Alimentation, en lien avec Réseau Canopé, l’association Art+Université+Culture et les collectivités territoriales.

Ces Journées contribuent à atteindre les grands objectifs de formation du parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève et du jeune. En effet, les actions menées dans ce cadre les invitent notamment à cultiver leur sensibilité et leur curiosité, à développer leurs connaissances et favorisent la rencontre avec les œuvres et les artistes.