ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Le quotidien d’un AESH

 Gérer / déclarer une absence

Dans le cas d’une absence imprévue

Pour toute absence, l’AESH accompagnant d’élèves en situation de handicap se doit de prévenir au plus vite :

Le directeur de l’école ou le chef d’établissement se chargera de prévenir les parents de l’élève ainsi que l’enseignant de la classe : en aucun cas, l’AESH ne prévient directement la famille.

Toute absence doit être obligatoirement justifiée, dans un délai de 48 heures, en transmettant les justifications (certificat médical, volet 3 de son arrêt de travail...) à son employeur (EPLE ou DSDEN).

Dans le cas d’une absence prévisible

Les absences prévisibles doivent faire l’objet d’une demande d’autorisation préalable auprès du service école inclusive (SEI), au moins deux semaines avant la date prévue de l’absence.

La signature et l’avis (favorable ou non) du ou des chef(s) d’établissement ou directeur(s) d’école doivent apparaitre sur la demande d’autorisation. Les justificatifs doivent être également joints à la demande.

Selon les motifs d’absence, l’IEN Inspecteur de l’Education nationale -ASH émet un avis favorable ou non avec ou sans traitement, puis la demande est validée par la suite par le directeur académique.

Dans le cas où l’élève est absent

  • Cas d’une absence de courte durée : l’AESH ne modifie pas son emploi du temps et reste sur l’établissement d’exercice habituel. Il est alors mis à̀ disposition de l’école ou de l’EPLE.
  • Cas d’une absence de longue durée : l’AESH prévient le service Ecole Inclusive (ou le coordinateur du PIAL Pôle inclusif d’accompagnement localisé ) qui statuera un nouveau lieu d’affectation.

Dans le cas où l’enseignant est absent

L’AESH avertit le service Ecole Inclusive (ou le coordinateur du PIAL) qui lui donne les consignes à suivre.

 Les entretiens professionnels

Les AESH en CDD ou en CDI bénéficient au moins tous les trois d’un entretien professionnel.

L’arrêté ministériel du 27 juin 2014 définit les modalités de cet entretien professionnel : il s’agit bien d’entretiens professionnels destinés à « vérifier la qualité du service rendu » ou « à préparer le passage en CDI » et en aucun cas il ne constitue une « évaluation sanction ».

Mise à jour : 10 février 2020