ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Performance sur le jardin du Sixième continent de Gilles Clément pour les élèves du collège Béranger à Péronne

Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019

Dans le cadre du dispositif 1% artistique, la classe de 6ème H du collège Béranger à Péronne a travaillé, accompagnée par l’équipe enseignante, pendant deux jours avec des artistes intervenants, sur une performance qui a eu lieu le vendredi 14 juin à 14h sur le jardin du Sixième continent de Gilles Clément au Cam à Péronne.

Durant ces deux jours, les ateliers danse, dessin et écriture-poème ont été des temps d’expérimentations où chaque élève a acquis les bases nécessaires pour être force de proposition lors de la performance.

Dans l’atelier dessin, les élèves se sont essayés à tracer une ligne, celle d’une branche d’arbre, dessiner une partie d’un végétal, regarder de très près, être au plus près de la nature, voir à la limite de ce qu’il est en nous possible de voir et de le retranscrire, dessiner l’infiniment petit et l’infiniment grand.

Elève observant une feuille et la redessinant
Plante posée sur les dessins d’observation

Dans l’atelier danse, ils ont appris des gestes et des mouvements simples mais aussi à être tous en harmonie, à répéter un geste jusqu’à épuisement, être dans la lenteur, disparaître et apparaître de la terre.

L’idée était d’investir, le temps d’une performance poétique, l’espace faisant face au jardin du Sixième continent, être un écho et peupler l’île de la paix pour répondre à l’invitation initiale de Gilles Clément.

Les intentions sont d’accompagner le mouvement spontané de la nature par l’observation, à l’opposé de le contrarier, remarquer ces curiosités, suivre les chemins des tiges, des branches, associer ce qui est vu à son corps, ne plus vouloir contrôler, lâcher prise, laisser place à l’improvisation, ne pas vouloir dominer la nature, ni prouver la maîtrise de la main de l’homme, être à l’écoute, jouir de la beauté, des couleurs, des formes, contourner, adapter sa capacité, survivre aux accidents… L’objectif était de travailler collectivement, d’être un groupe, une forme compacte à l’image du Sixième continent et d’éprouver la notion du temps dans une performance.

Pendant la performance, les élèves ont investi l’île de la paix en y semant des graines et en plantant des végétaux de leur choix.

Elèves plantant un végétal sur le jardin
Plante sur le jardin

Le résultat final est le fruit d’un travail collectif et solidaire sous la forme d’une performance poétique. Être en accord avec la nature, son cycle, son développement, sa temporalité.

Les élèves réalisant une danse
Dessin final
Mise à jour : 4 juillet 2019