DSDEN 60

Pour l'école de la confiance

Le chant des signes

Collège Cousteau de Breuil-le-Vert

Spectacle de fin d’année 2018-2019 du collège Jacques-Yves Cousteau de Breuil-le-Vert.

Le 4 juin 2019, à la salle André Pommery de Clermont (Oise), s’est tenu un concert hors du commun. Plus de 80 élèves de la 6e à la 1e, ont pris possession de la scène, sous les projecteurs gracieusement mis à disposition par la mairie. Au centre de ce projet, la mise à l’honneur des élèves sourds et malentendants du Centre Rabelais et de l’ULIS unité localisée pour l’inclusion scolaire TFA (Unité localisée pour l’Inclusion Scolaire consacrée aux Troubles des Fonctions Auditives) du collège Jacques-Yves Cousteau de Breuil-le-Vert.

Au cours de l’année 2018-2019, 29 élèves du collège ont suivi les ateliers du club de LSF (Langue des Signes Française) mis en place par Mme Pruvost, interprète LSF du Centre Rabelais Langage et Intégration, et Mme Hernandez, professeur spécialisée auprès des sourds et malentendants et coordonnatrice ULIS unité localisée pour l’inclusion scolaire TFA. Amateurs ou confirmés de la LSF, les élèves ont pu apprendre des interprétations poétiquement signées de chansons, aussi appelées chansignes, créées par Mme Pruvost.
Selon leur projet personnel et la singularité de leur surdité, les élèves sourds ont participé à plusieurs niveaux, surmontant ainsi certaines difficultés d’élocution, ou d’appréhension des bruits et de la scène. Prenant en considération les capacités de réception des élèves, l’accès à la voix chantée ou à la voix signée, ce projet a permis aux élèves sourds de s’illustrer dans plusieurs domaines artistiques. Pour certains, c’est en tant que chanteurs choristes dans la chorale du collège, dirigée par M. Ladrey, professeur d’éducation musicale, qu’ils ont pu s’épanouir, face aux mêmes exigences que les choristes entendants. En tant que comédiens (à l’oral ou en LSF) dans le cadre des ateliers théâtre encadrés par M. Leger, professeur d’éducation musicale, le travail de projection vocale et de clarté du langage corporelle vise à faire progresser tous les élèves vers des objectifs communs. Et enfin, en tant que signeurs dans le cadre des ateliers de chansigne du club LSF de Mme Hernandez et Mme Pruvost, les élèves ont tous eu cette exigence poétique à la croisée des arts, entre spatialisation du geste et musicalité.

Un partenariat avec Rebecca Grammatyka, metteure en scène à Beauvais, leur aura permis de travailler sous un œil professionnel la construction d’un jeu scénique. Par cet atelier, cinq élèves du collège, dont deux sourds, ont su écrire avec M. Leger et Mme Hernandez un spectacle intégrant pleinement la LSF et traitant de problématiques liées à l’inclusion, aux préjugés sur la surdité, sur leur rapport à la musique, ou encore sur les différences entre l’école d’hier et celle d’aujourd’hui. La chorale du collège étant engagée sur la musique du film Les Choristes, de Christophe Barratier (2009), les élèves ont soulevé de nombreuses questions esthétiques liées aux statuts de créateur, d’interprète, et de spectateur.
Aux masses chorales du collège, accompagnées au piano par M. Ladrey, la chorale de chansigne de Mme Hernandez et Mme Pruvost, était accompagnée par la chorale du lycée Cassini de M. Leger, et par un trio à cordes. Ce dernier était composé de trois professeurs : au violon, M. Leger ; à l’alto, Mme Frugier, professeure de lettres classiques ; et au violoncelle et à la guitare, Mme Alvarez Baamonde, professeure d’éducation musicale invitée, qui a également réalisé les arrangements pour cette occasion et cette formation.

Mme Hernandez et M. Leger

Mise à jour : 14 juin 2019