DSDEN 60

Sommaire

Citoyenneté

 Festival Street Art « Faites le mur, pas la guerre : Tolérance, j’écris ton nom ! » au collège d’Aramont de Verberie

Réalisations

Exposition : réalisation d’un graff par les élèves en partenariat avec un graffeur professionnel Fabien Mazé, sur l’un des murs du grand hall du collège autour du mot « tolérance » et montages vidéos sur le processus de création.

Installations :

  • création d’une fresque de la tolérance : « selfiescope ». Des flashcodes sous chaque diptyque permettront aux spectateurs de découvrir les autoportraits écrits et lus par les élèves, reliant ainsi l’image, le texte et le son.
  • création d’une installation à partir des silhouettes des élèves (Moi, Toi, Nous) dessinées sur calques, grand format. L’installation jouera pleinement avec l’espace et le spectateur, ces derniers faisant partie de l’œuvre elle-même.
  • création d’une installation : allégorie de la Tolérance (environ 3 mètres de haut), habillée des masques moulés sur les visages des élèves et de leurs 26 toiles peintes dans le cadre du cours d’Histoire et d’enseignement moral et civique : valeurs de la citoyenneté.

Performance : création d’une performance liée au mot « tolérance » et inspirée d’une œuvre de Tadashi Kawamata, Les Chaises de traverse.

Concert : création d’un patchwork musical : écriture du texte et accompagnement musical, en lien avec le mot « tolérance ». Intervention du partenaire ICI LABEL (Bertrand Allaume/ Damien Bataille) et présentation du morceau lors du concert de la chorale du collège pour clore le Festival.

Objectifs éducatifs, artistiques et culturels du projet

➡ S’intégrer et coopérer dans un projet collectif , développer l’estime de soi et le bien-être de l’élève.

➡ Favoriser l’interdisciplinarité

➡ Appréhender et donner sens à une démarche culturelle et artistique pour fonder son rapport à l’autre, sa citoyenneté.

➡ Promouvoir l’éducation artistique et culturelle avec des partenaires professionnels et découvrir des lieux de la culture.

➡ Découvrir des œuvres de référence du Street Art, comprendre ses enjeux (développer une argumentation, justifier ses choix, porter un regard critique sur une œuvre).

➡ Avoir une pratique plastique sensible, poétique et artistique. Mener une démarche exploratrice et porter un regard neuf sur l’environnement quotidien, le collège.

Soutien de la collectivité territoriale, de la DRAC Direction régional des affaires culturelles et de l’EN

Le Festival s’inscrit dans le cadre du projet 3ème tremplin qui a reçu un Trophée de l’Innovation Académique en mars 2015.

Le projet Festival Street Art est soutenu à travers trois dispositifs et appels à projets :

Le collège d’Aramont figure parmi les 15 finalistes du Prix de l’Audace artistique et culturelle organisé par le ministère chargé de l’éducation nationale et le ministère de la culture et de la communication en partenariat avec la Fondation Culture & Diversité http://eduscol.education.fr/cid72063/prix-de-l-audace-artistique-et-culturelle.html

Les étapes du projet
Découvrir des œuvres (Partenariat avec Espace Jean Legendre)

Rencontrer un artiste graffeur

Connaitre l’histoire du Street Art

S’investir dans une réalisation collective de graff (arts, lettres)

Banksy un graffeur britannique (anglais)

Création musicale

Moi, Toi, Nous ! (numérique, arts plastiques, citoyenneté)

Selfiscope (arts plastiques, estime de soi)

Discriminations à l’école (citoyenneté, espagnol)

Allégorie de la tolérance (éducation civique, arts plastiques)

La danse de la tolérance (EPS, estime de soi)

Concert avec la chorale du collège

 L’écocitoyenneté dans le parcours citoyen

Robitaille en 1998 définissait l’éducation au développement durable (EDD) ainsi : un « processus permanent d’apprentissage qui concourt à la formation de citoyennes et citoyens ayant acquis les savoirs, savoir-être, savoir-faire, et savoir-vivre ensemble, leur permettant de s’engager dans des actions individuelles et collectives, fondées sur les principes d’interdépendance et de solidarité, qui favorisent l’harmonisation des relations « personne-société-environnement » et l’avènement de sociétés écologiquement viables, sociopolitiquement équitables et économiquement justes, ici et ailleurs, maintenant et pour les générations futures. ».

Cette longue définition explicite bien la dimension écocitoyenne qu’il convient de développer dans la mise en place du parcours citoyen dans l’élaboration des projets d’établissements, en lien avec la nouvelle organisation des enseignements et les nouveaux programmes disciplinaires. Si à l’époque Robitaille semblait placer les savoirs citoyens dans les requis, les pratiques des enseignants démontrent que les bénéfices sont plutôt interactifs. La sensibilisation au respect de son environnement conduit à l’observation des règles fondamentales de la vie en société et des valeurs de la démocratie et vice-versa.

Depuis, l’EDD a été inscrite dans le code de l’éducation (2013) et les directives nationales s’appuient sur trois orientations : le renforcement de la gouvernance et du pilotage, l’élargissement des partenariats, et le partage des réussites par une meilleure diffusion des informations.

Les établissements sont invités à entrer dans une démarche globale de développement durable (E3D), impliquant tous les personnels et les élèves. Ainsi par l’intermédiaire d’éco-délégués, les élèves apprennent à s’investir et participer partiellement à la gouvernance de leur établissement scolaire. En participant à des comités de pilotage, ils apprennent comment se prennent des décisions dans une organisation.

Les projets EDD font appel à des partenaires, collectivités territoriales et associations. Le dialogue avec des intervenants extérieurs permet une véritable ouverture sur la société. Les animations proposées, et particulièrement les jeux de rôle sont particulièrement bénéfiques à l’écoute et à la prise de parole selon un profil particulier, ce qui conduit à mieux comprendre la différence des positions et des avis.

Christine Meucci
Action culturelle DSDEN Direction des services départementaux de l’éducation nationale Oise
Mars 2016

 A propos du BIA brevet d’initiation aéronautique

Mardi 26 avril après-midi, une rencontre ayant pour thème le BIA réunissait dans les locaux de la DSDEN de l’Oise ( Inspection Académique) des responsables de cet examen au niveau départemental, régional et national et les responsables départementaux de l’Éducation Nationale ; à cette réunion qui constitue une première au plan national assistaient le Lieutenant- Colonel Philippe Ribatto, président national de l’ANORAA, le Lieutenant- Colonel Pierre Barnier, membre de la Fédération Française d’aéronautique, François Gibelli, responsable BIA de l’ANORAA, Thierry Raimbaut, coordonnateur CIRAS dans l’Académie d’Amiens, Président du jury BIA et CAEA Certificat d’aptitude à l’enseignement aéronautique . De son côté la DSDEN de l’Oise était représentée par Monsieur Jacky Crépin, Inspecteur d’Académie- Directeur Académique des services de l’éducation nationale de l’Oise, Monsieur Didier Blondel, IA-DASEN Inspecteur d’Académie – Directeur Académique des Services de l’Education Nationale - adjoint et Madame Carine Decolasse-Tomczak, Secrétaire Générale de l’Inspection Académique. L’animation de cette réunion était assurée par le commandant Joël Bertrand et Monsieur Alain Pickaert, chargé de mission auprès de Monsieur l’Inspecteur d’Académie. Une dizaine de proviseurs de lycées et de nombreux réservistes avaient répondu à l’invitation de l’Inspecteur d’Académie. Quatre témoignages d’élèves et d’étudiant illustraient l’intérêt et les avantages que peut apporter l’obtention du BIA. Cette réunion a été clôturée par la signature d’une « convention d’entente pédagogique et éducative relative à la formation au Brevet d’Initiation Aéronautique dans l’Oise » signée par Monsieur l’inspecteur d’Académie et Monsieur le Président de l’ANORAA.

Alain PICKAERT

Mise à jour : 31 janvier 2017
Visuel de la saisine de l'administration par voie éléctronique
Visuel du bouquet de services académiques

Contacts et services