ac-amiens.fr

Une convention pour la réussite des élèves en milieu rural et pour l’évolution de l’organisation des écoles signée dans la Somme à Ailly-le-Haut-Clocher

Jeudi 20 décembre 2018

jeudi, 20 décembre 2018

http://www.ac-amiens.fr/2182-une-convention-pour-la-reussite-des-eleves-en-milieu-rural.html

Philippe DE MESTER, préfet de la Somme, Julie RIQUIER, vice-présidente du Conseil régional Hauts-de-France en charge de la ruralité, François MAILLE-BARBARE, vice-présidente du Conseil départemental de la Somme en charge des collèges et de la réussite scolaire, Jean HUBAC, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’Éducation nationale de la Somme et Jean-Claude BILLOT, président de l’association des maires de la Somme ont signé, ce jeudi 20 décembre 2018, à Ailly-le-Haut-Clocher, la Convention ruralité du département de la Somme « pour la réussite des élèves en milieu rural et pour un schéma territorial pluriannuel d’évolution de l’organisation scolaire dans le premier degré ».

Les « conventions ruralité », une démarche partenariale pour une organisation de l’école adaptée aux enjeux ruraux. Les conventions ruralités sont un accord au terme duquel l’État s’engage aux côtés des élus des collectivités territoriales afin d’établir un schéma territorial pluriannuel d’évolution de l’organisation scolaire dans le premier degré public en zone rurale.

Elles proposent des solutions adaptées aux enjeux démographiques et géographiques de chaque territoire, à partir d’un diagnostic partagé par les acteurs locaux.
Dès lors, l’élaboration de la convention-cadre de la Somme avait mobilisé, sous le patronage du préfet Philippe DE MESTER, Jean HUBAC, inspecteur d’académie, et les services départementaux de l’Éducation nationale ainsi que les élus de la Somme, dont le président du Conseil départemental, Laurent SOMON, les membres du bureau de l’Association des maires de la Somme et plusieurs présidents d’EPCI. Elle a une validité de trois années, et couvre donc la période 2018-2021. Elle a vocation à être déclinée localement, sous forme d’annexe, par les territoires infra-départementaux qui le souhaitent, principalement les communautés de communes, qu’ils aient ou non la compétence scolaire.