ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Jeudi 1er : Inauguration de la salle Jean-Louis Crémieux-Brilhac au lycée Madeleine Michelis

Valérie Cabuil, recteur de l’académie d’Amiens, chancelier des universités, a inauguré, en présence de Jean-Charles Geray, Secrétaire général de la Préfecture et de la famille de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, une salle Jean-Louis Crémieux-Brilhac au lycée Madeleine Michelis.

Cette inauguration a été l’occasion d’évoquer les différents aspects de la personnalité de Jean-Louis Crémieux-Brilhac : un grand résistant, mais aussi un intellectuel engagé, serviteur de l’Etat et l’un des meilleurs historiens de la Résistance.

Inauguration de la salle Jean-Louis Crémieux-Brilhac
Plaque commémorative

 Grand résistant

Son parcours dans la Résistance a été exceptionnel et il a notamment occupé un poste très particulier : celui de responsable de la propagande. Sa tâche était de communiquer avec les Français et avec la Résistance intérieure. Amené à s’exprimer sur Radio Londres, il a été une grande voix de la France libre. Au moment du débarquement, c’est lui qui a rédigé les massages de la BBC pour la population française. Il a été l’un des premiers à dénoncer, dans un article de février 1944, l’utilisation des chambres à gaz par le régime nazi et l’extermination des Juifs d’Europe.

 Intellectuel engagé, serviteur de l’État

Avant que la guerre n’éclate, il se destine à l’agrégation d’histoire et il est dès cette époque un intellectuel engagé, conscient de la montée des périls : il est, au milieu des années 1930, le plus jeune adhérent du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, créé sous le triple patronage de l’ethnologue Paul Rivet, du philosophe Alain et du physicien Paul Langevin. A la libération, il prolonge en quelque sorte son engagement d’avant-guerre et son engagement de résistant par son action en tant que haut-fonctionnaire. Il est en en effet le cofondateur de la Documentation française, dont il deviendra rapidement le directeur.
Jean-Louis Crémieux-Brilhac est en effet animé par un profond désir de diffusion du savoir, ainsi que par le souci du bien public et de l’intérêt général. Il œuvre en faveur du développement de la science et contribue largement à définir la stratégie publique pour la recherche en France et surtout, il était convaincu que c’était la science et l’innovation qui faisaient la richesse et le rayonnement de notre pays.

 Historien de la Résistance

Jean-Louis Crémieux-Brilhac est aussi connu pour son remarquable travail d’historien. On lui doit, entre autres ouvrages, une somme considérable, fruit d’années de recherches, sur l’histoire de la France libre. Il a su y mêler admirablement ses souvenirs personnels à une démarche historique rigoureuse et son œuvre fait aujourd’hui autorité : ainsi, après avoir été l’un des acteurs privilégiés de la Résistance, il en a été l’un des meilleurs historiens.

Mise à jour : 17 mai 2016