ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Parcours culturel multidisciplinaire

Lycée Gérard de Nerval à Soissons (02)

Dans une zone aux professions et catégories socioprofessionnelles défavorisées et à fort taux d’illettrisme, la majorité des élèves du bassin du Soissonais méconnaissent le monde économique et l’environnement culturel dans lequel ils évoluent.

Au lycée Gérard de Nerval où est mené ce projet, l’innovation pédagogique vient au départ d’une simple volonté d’intégrer le théâtre pour travailler différemment la communication interpersonnelle, fondamentale pour des étudiants de BTS Brevet de Technicien Supérieur MUC Management des Unités Commerciales , et qui nous a amené à construire un véritable parcours autour de la culture. Ce projet a été une expérimentation en temps réel construite sur des rencontres très diverses avec des acteurs locaux variés.

L’innovation tient donc dans la mise en place d’une vraie démarche de projet. Les élèves vivent ainsi l’ensemble des actions nécessaires pour aboutir à un produit ou un service finalisé en faisant appel à la créativité tout en innovant.

 Qui ?

Pour l’étudiant, le parcours se construit sur 2 ans avec un fonctionnement évolutif construit lors de réunions régulières où ils évaluent leurs progrès et leur besoin et où nous réfléchissons alors mutuellement à des actions ou des changements de cap certificat d’aptitude professionnelle . Les étudiants sont acteurs du parcours en permanence et le parcours se construit à partir de leurs attentes au fil des 2 ans. L’implication de l’élève est réellement mesurable, en effet le parcours se construisant pendant le temps de cours nécessite également un gros investissement en dehors pour des élèves potentiellement décrocheurs. Or l’assiduité a été maximum.

Pour les partenaires, le projet atypique et créant de véritables partenariats fait que ces derniers sont impliqués et très motivés. Les acteurs ont particulièrement apprécié la relation « gagnant-gagnant » que nous avions à cœur d’installer. En contrepartie des ressources mises à disposition, les étudiants ont donné de leur temps pour la promotion du territoire en montant un salon du livre.

 Où ?

Innovant dans les lieux d’enseignement : Notre volonté de départ était de faire connaître un patrimoine architectural tel que la Cité de la Musique et de la Danse mais surtout le territoire qui est méconnu des étudiants.
Dès notre 1ère sortie au Kanap (espace de co-working), nous avons pu mesurer l’attrait des étudiants pour apprendre à l’extérieur d’une salle de classe.
Ils nous l’ont clairement fait savoir ce qui nous a permis de diversifier nos sorties dans des endroits multiples et variés (cf. annexes au formulaire et reportage photo).

Innovant pour le territoire : notre parcours a agi sur le territoire de manière non habituelle. Les acteurs territoriaux ont pu avoir la vision du public étudiant sur les forces et les faiblesses du territoire, ainsi que leurs attentes en tant qu’usagers. Ce projet permet de tisser un lien entre le territoire et l’enseignement supérieur.

 Pourquoi ?

Les profils des étudiants accédant au BTS MUC évoluent avec une proportion plus importante d’étudiants venant de BAC Pro davantage attirés par le cas concret et le contexte professionnel plutôt que la théorie.

De plus nous nous sommes également aperçues que les étudiants méconnaissent leur environnement économique et culturel d’autant plus que nous sommes dans une zone défavorisée culturellement.

Parallèlement la demande des professionnels du commerce et du management évolue aussi avec des demandes de profil maîtrisant le savoir être, la démarche de projet qui nécessite d’avoir des compétences pluridisciplinaires ainsi qu’une capacité à travailler en équipe avec de surcroît une recherche de créativité.

Ces constats ont été la base de la construction du parcours.

 Quand ?

Le projet a débuté en septembre 2017 et doit prendre fin en 2020.

 Comment ?

Le parcours est avant tout un projet collectif, collaboratif, expérimental et entrepreneurial.

Les étapes du projet se sont construites au fil du temps par des expérimentations ponctuelles. Ce qui demande aux enseignants et aux étudiants une grande agilité.
En effet, le parcours évolue de manière considérable et il est nécessaire de s’adapter aux nouvelles actions, contraintes, difficultés.

Il est nécessaire d’accompagner le partenaire puis de réinvestir ses apports en terme pédagogique.

Ce parcours amène l’enseignant à être créatif dans les outils qu’il produit, mais aussi à découvrir de nouvelles méthodes comme l’évaluation à chaud et à froid développée dans les entreprises pour mesurer l’implication personnelle.

 Quel bilan ?

L’auto évaluation a un rôle fondamental dans la mesure où chaque étudiant construit son propre parcours et est capable d’identifier ses axes d’amélioration. La progression a été remarquable entre la 1ère et la 2ème année.

Sur la Formation en alternance (FA) PCM, le nombre d’étudiants accédant au niveau 4 est supérieur de 25% par rapport à une FA standard. La moyenne globale de 3 est la plus élevée de toutes les FA.

De plus grâce aux longs textes de théâtre et aux 2 chansons à apprendre, les étudiants ont développé leur capacité à retenir. Ce travail de mémorisation les a beaucoup rassurés et leur a donné confiance pour les apprentissages plus théorique ou technique.

Mise à jour : 15 janvier 2019