ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Cogni’classe

La démarche « Cogni’classe » proposée par l’association « Apprendre et former les sciences cognitives » prend appui sur les recherches du professeur Stanislas DEHAENE, titulaire de la chaire de psychologie cognitive au Collège de France.

Les études en neurosciences montrent que le cerveau est une formidable machine à apprendre en perpétuelle transformation, car apprendre c’est modifier son cerveau. Le cerveau est plastique c’est-à-dire qu’il peut se réorganiser selon des règles externes.

« Ces règles, nous les identifions et nous les comprenons de mieux en mieux grâce à une discipline scientifique jeune (une trentaine d’année) appelée neurosciences cognitives ».

Comprendre le fonctionnement mais aussi le dysfonctionnement du cerveau, c’est comprendre comment on peut acquérir des connaissances (cognition).
Les sciences cognitives apportent des réponses sur le rôle de l’attention, le fonctionnement de la mémoire, l’importance du sommeil.

 Cogni’classe - Math ta mémoire !

Une classe de sixième du collège Victor Hugo de Ham – Somme classé en Réseau d’Education Prioritaire expérimente cette année le concept d’une Cogni’classe. Durant les heures d’Accompagnement personnalisé en mathématiques, des pistes pédagogiques émanant des neurosciences cognitives sont mises en œuvre avec un objectif prioritaire : retenir les notions à long terme. Il s’agit d’apprendre autrement. L’enseignant qui s’engage dans une expérimentation Cogni’classe est placé en position d’expérimentateur capable de tester des pistes pédagogiques inspirées par les sciences cognitives.

Le projet « Cogni’classe, Math ta mémoire ! » prend appui sur un site riche en ressources qui propose aux enseignants des outils détaillés, allant du CM2 au lycée, visant à apprendre aux élèves à découvrir comment leur propre cerveau fonctionne.

 Deux constats majeurs

L’oubli

La mémorisation est une étape clef dans le processus d’apprentissage. Or nous sommes nombreux à constater que les notions du cours sont rapidement oubliées. Il suffit de refaire un contrôle quelques semaines après pour s’en rendre compte ou d’entendre les élèves dire durant un cours « on ne l’a pas vu, monsieur/madame ! ».

Le manque de méthode

Or ce temps de mémorisation est bien souvent reporté à la maison alors que les élèves défavorisés sont laissés à eux-mêmes. Les élèves révisent la veille avant le contrôle sans forcément utiliser des stratégies d’apprentissage efficaces. De plus, les révisions se font souvent un certain temps après le début initial de l’apprentissage.

Dans ce projet les heures d’AP de mathématiques intègrent des temps pour expérimenter et accompagner les élèves dans des stratégies de mémorisation.
En effet, les ressources des neurosciences acquises par les enseignants à travers des mooc Une formation en ligne ouverte à tous (FLOT), aussi appelée cours en ligne ouvert et massif (CLOM), ou MOOC (massive open online course en anglais), est un type ouvert de formation à distance capable d’accueillir un grand nombre de participants. , des retours d’expériences permettent de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau, de l’oubli, des limites des capacités cognitives. Cela a conduit à réfléchir et à construire des modalités pédagogiques plus adaptées au rythme de l’élève en se rapprochant au mieux des 4 piliers de l’apprentissage de Stanislas Dehaene : l’attention, l’engagement actif, le retour sur l’erreur et la consolidation. L’ensemble du processus d’apprentissage mis en œuvre renforce la persévérance chez l’élève en confortant l’estime de soi.

 Organisation de l’heure d’Aide Personnalisée

1ère étape : Se connaître et connaître son cerveau

Dans un premier temps, une vidéo très courte est diffusée sur une des thématiques suivantes : fonctionnement du cerveau, l’attention, la mémorisation, la compréhension, le rôle du sommeil et de l’alimentation... avec une attention particulière sur les neuromythes. Les élèves sont à l’écoute et apprennent à mieux comprendre et accepter les différentes stratégies proposées.

2ème étape : Préparation pour une mémorisation active

D’après les neurosciences cognitives, la mémorisation est nettement meilleure en tentant de répondre à une question après un premier temps de mémorisation (mémorisation active). C’est en se questionnant qu’on se rend compte de ce que l’on sait. Lire et relire son cours est une méthode mais ce n’est pas la meilleure (mémorisation passive).

Le cahier de cours a été repensé en intégrant des bandelettes en papier dépliables par-dessus les notions essentielles. Sur chaque bandelette, pendant l’AP, nous écrivons des questions courtes dont les réponses se trouvent en dessous. Parfois, il y a la possibilité de déplier le rebord qui donne un indice pour répondre à la question (rappel indicé). Ce rappel indicé peut prendre différentes formes : mot, figure, symbole. Ce type de rappel contribue à la consolidation des connaissances en mémoire.

Au TBI, des rectangles jaunes insérés par-dessus le cours représentent les bandelettes avec les questions et en orange les réponses synthétiques qui se trouvent derrière les bandelettes.

Nous créons aussi :

  • Des cartes de révision sur papier (flashcards) avec d’un côté la question et de l’autre la réponse.
  • Des jeux des doubles avec trois symboles par carte. Chaque symbole est représenté soit par un mot, soit par la définition (très courte) soit par une figure en géométrie. Nous avons opté pour la police sans forgetica conçue en utilisant le principe de la psychologie cognitive pour aider à mémoriser en engageant le cerveau dans un traitement plus approfondi dû à la difficulté de lecture.

3ème étape : Consolidation

C’est l’effort mental réalisé par l’élève pour récupérer l’information en mémoire qu’il faut répéter. Toutes les méthodes présentées vont dans ce sens. Cet effort est en neurosciences qualifié par l’attention, l’engagement et le retour sur erreur. Il développe la persévérance.

S’interroger seul :

  • A partir des bandelettes, l’élève peut s’interroger seul. Il déplie et replie immédiatement pour vérifier sa réponse (le retour sur l’erreur).
  • Les cartes de révision sont aussi utilisées par certains élèves. L’élève se concentre pour lire la question sur la carte (l’attention) et essaie de répondre à voix haute (engagement) puis vérifie en retournant la carte (retour sur l’erreur). Deux méthodes sont proposées aux élèves. La première consiste à mettre les bonnes réponses d’un côté et les mauvaises de l’autre. A la fin de son paquet de cartes, l’élève recommence avec le tas échoué et continue de la même façon. La deuxième méthode consiste à placer la carte réussie à la fin de d’un paquet et placer la carte échouée à l’avant de ce paquet. A la fin, les cartes de révision échouées sont placées au-dessus ce qui forcera l’élève à y revenir au prochain entraînement...

S’interroger en binôme :

  • Dans le cours d’AP, pour automatiser les apprentissages, les élèves s’interrogent par binôme à l’aide des bandelettes du cours et des questions associées sur tous les chapitres depuis le début de l’année. Qu’il soit celui qui pose la question ou celui qui doit répondre, l’élève doit être attentif et actif car il va recevoir une réponse immédiate qui l’obligera à corriger ou non. Nous sommes bien dans les 4 piliers de l’apprentissage (doc en annexe).
    L’oral est aussi important. Ce qui est « dit » s’incruste davantage en mémoire que ce qui est lu selon les neurosciences cognitives.
  • L’utilisation expérimentale d’un jeux des doubles : le principe est de reconnaître à partir de deux cartes le même élément. Les élèves doivent être attentifs. Les notions sont ainsi travaillées selon plusieurs angles. Le retour sur l’erreur est immédiat. Les symboles peuvent correspondre aux rappels indicés des bandelettes. Il existe plusieurs façons de s’entraîner.

S’interroger avec le groupe classe :

Chaque question est notée dans une application appelée quizlet. La question est lue par l’application. La classe s’entraîne ensemble aux questions : chacun doit faire un effort mental puis un élève donne une réponse qui est vérifiée ensuite. Les questions apparaissent de manière aléatoire et traitent l’ensemble des chapitres vus depuis le début de l’année.

Ce projet permet de donner des méthodes de travail aux élèves qu’ils soient seuls ou avec une personne à la maison.

Pour évaluer cette expérimentation, les élèves de Math ta mémoire ! auront chaque mois un test écrit, créé par l’application quizlet sur 10 questions au hasard parmi les questions traitées depuis le début de l’année.

Ce test sera aussi mis en place sur d’autres classes de sixième pour comparer. A la fin de l’année, un bilan comparatif entre la Cogni’classe et les autres classes sera réalisé.

Pistes envisagées pour la suite de l’année : les élèves travailleront sur tablette en groupe de façon collaborative à partir de la version live de quizlet. L’application Anki qui permet une mémorisation active expansée sera également utilisée.

Ce travail est une amorce d’un projet REP Réseau d’éducation prioritaire à Ham. A partir d’une formation qui s’est déroulée le 13 mars 2018 au collège pour les enseignants de la maternelle au niveau troisième appelée « cerveau mode d’emploi ». La démultiplication de ce projet de Cogni’classe est envisagée pour l’ensemble du réseau. Pour suivre l’avancée de ce projet Cogni’classe, n’hésitez pas à consulter le journal du réseau de Ham.

Mise à jour : 11 janvier 2019