ac-amiens.fr

Pour l'école de la confiance

Mémoire des conflits contemporains

La Picardie a été très profondément marquée par les conflits contemporains (les deux guerres mondiales, la guerre de 1870, etc.). Or, dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté, l’École a une mission essentielle à remplir au titre de la transmission de la mémoire de ces conflits auprès des enfants et des jeunes, mémoire qui nourrit, encore aujourd’hui, une grande partie des valeurs de notre République.

En complément des enseignements, en particulier d’histoire-géographie et de différents travaux pédagogiques, des actions de commémoration sont donc indispensables. Outre leur caractère disciplinaire et didactique, elles permettent aussi à chacun, élèves et personnels du système éducatif, de rendre hommage aux combattants et victimes des conflits, que ce soient des personnes connues comme Charles de Gaulle, Madeleine Michelis, Jean Moulin, Jean Zay, Marc Bloch, Pierre Brossolette ou plus anonymes, qu’elles soient originaires de métropole ou d’outre mer, de France ou de pays étrangers.

A travers ces actions de commémoration, il s’agit donc bien, de rendre hommage à des acteurs qui ont contribué à gagner la paix et la liberté pour que les jeunes générations actuelles continuent à en bénéficier.

A cet effet, il est indispensable de préciser ou de rappeler que " commémorer " est à distinguer de " célébrer " et que ce premier terme doit être entendu au sens de " se souvenir ensemble pour comprendre ", " partager ", " hériter pour continuer à construire ensemble ", à différentes échelles, nationale, européenne voire mondiale. Comme l’écrivait Paul Ricoeur, " ce dont il s’agit c’est de rouvrir le passé sur l’avenir plus précisément sur l’avenir de ce passé ".

Il sera donc du plus haut intérêt que les deux dates clés du 11 novembre et du 8 mai soient des occasions de commémorer les évènements et valeurs qu’elles incarnent.

Dans le respect de la liberté pédagogique des enseignants, chaque élève, au cours de sa scolarité à l’école primaire aura participé à une visite et à une cérémonie autour d’un monument aux morts ou dans l’enceinte d’un cimetière militaire. Cette cérémonie est organisée par les équipes éducatives et enseignantes avec, au besoin, le concours de la commune et des autorités militaires.

Pour tous les élèves, des écoles primaires, des collèges et des lycées, à la date la plus proche possible du 8 mai et du 11 novembre et en tenant compte des contraintes propres à chaque établissement, une brève cérémonie permettra de rappeler le sens de ces deux dates et de les mettre en perspective avec la situation actuelle.

La préparation de ces cérémonies et les cérémonies elles-mêmes seront l’occasion de travailler sur les symboles de la République (hymne national, y compris la seconde strophe liée aux valeurs de la démocratie présente, drapeau, devise) en replaçant leur création et leur adoption dans leur contexte et en les comparant à ceux d’autres pays ou de l’Union européenne.

Chacune des cérémonies, selon les possibilités ou contraintes de chaque établissement, pourra s’articuler autour des trois temps suivants :

  • prise de parole brève du chef d’établissement et de quelques élèves sur le sens et la portée de l’événement commémoré,
  • temps de silence et de recueillement,
  • hymne national auquel, selon la commémoration, on pourra ajouter un autre chant (Chant des partisans, par exemple). Si une délégation étrangère venait à participer à cette cérémonie, on pourrait lui proposer d’adjoindre un chant qui lui est propre.

Si - comme cela est très fréquent - l’établissement compte un nombre significatif d’élèves venant de pays africains ou asiatiques (ou originaires de familles issues de ces continents) il sera utile de rappeler les sacrifices consentis par leurs ancêtres ou qui leur ont été imposés, sans oublier le rôle capital de ces pays lors de la Libération de la France.

Certains établissements ont un lien particulier avec l’un des conflits mondiaux (histoire de l’établissement pendant la guerre, nom de l’établissement, implantation d’un monument à la mémoire des anciens élèves et personnels dans l’enceinte de l’établissement, etc...). Dans ce cas, on s’attachera à mettre ce lien en évidence lors des actions de commémoration.

Pour faciliter la préparation de ces cérémonies, on pourra se reporter aux indications bibliographiques et sitographiques ci-dessous

Commémorations

Indications bibliographiques et sitographiques sommaires (Liste non exhaustive et non limitative)

HARTOG François, Régimes d’historicité - Présentisme et expériences du temps, Seuil 2003.

NORA Pierre, (dir Droit à l’Information sur la retraite .), Les Lieux de mémoire ; tome 1 : La République ; tome 2 : La Nation ; tome 3 : Les France ; GALLIMARD, Paris, 1984, 1986, 1992.

Cet ouvrage comporte en particulier des articles sur les trois Couleurs, les monuments aux morts et La Marseillaise d’une haute qualité. Cet ouvrage constituera une aide précieuse pour les enseignants.

LEONARD Yves, La mémoire, entre histoire et politique, Cahiers français, n° 303, La Documentation française, 2001

http://eduscol.education.fr/pid23340/memoire-et-histoire.html

http://www.vie-publique.fr/discours/selection-discours/commemorations-du-11-novembre-1918.html

Thème 1 – Le rapport des sociétés à leur passé (9-10 heures) format PDF - 141.1 ko
Histoire en Terminale ES et L - Regards historiques sur le monde actuel

En résumé, ces cérémonies devront être variées et adaptées à leur public. Elles doivent être une " pédagogie de la mémoire ", mais aussi une prise de conscience de tous les sacrifices consentis et des douleurs éprouvées par les générations précédentes pour sauvegarder l’indépendance, la liberté, la dignité de notre pays. Tournées vers l’avenir, elles souligneront le prix de la paix et les valeurs de la République, ainsi que toute la vigilance, mais aussi toute la détermination qui sont nécessaires pour les défendre. Cela suppose précisément de cultiver le sens et l’amour de ces valeurs.

Enfin, plusieurs actions sont menées dans le cadre des opérations liées au Centenaire de la Grande Guerre et au 70e anniversaire de la Résistance de la Libération de la France et de la victoire sur la barbarie nazie.

Mise à jour : 2 mai 2016