ac-amiens.fr

Sommaire

Pour une prévention du décrochage scolaire

En s’appuyant sur le plan national de lutte contre le décrochage scolaire, les écoles et établissements secondaires s’organisent pour repérer plus efficacement les difficultés prédictives de décrochage. Les équipes trouvent de nouvelles manières de prendre en charge certains de leurs élèves et se lancent dans des parcours individualisés au plus près de leurs besoins.

 Comprendre pour apprendre

Lycée professionnel Germaine Tillion, 63300 Thiers, académie de Clermont-Ferrand

Mél : 0630078T ac-clermont.fr

Site : http://formation.ac-clermont.fr/pasi/

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12825

Le lycée Germaine Tillion à Thiers accueille une population très défavorisée au niveau social. L’échec n’est pas une fatalité, il est possible de construire avec succès un projet professionnel qui passe par l’école. La première année au sein du lycée professionnel doit être une année de reconstruction de l’élève, grâce à un accompagnement personnalisé innovant. L’organisation pédagogique d’ampleur mobilise toutes les équipes de l’établissement (les agents, la vie scolaire, les enseignants, l’équipe de direction) et ses partenaires (la ville, la sous-préfecture, les entreprises locales et les partenaires internationaux). Les équipes offrent une palette riche de propositions, entre l’aide au quotidien et l’excellence de la formation et des stages en Finlande. La recherche est aussi associée à la pratique pour améliorer un tel dispositif.

 Sur le chemin de la liberté

Collège Raizet, 97139 Les Abymes, académie de Guadeloupe

Mél : nicole.vaitylingon orange.fr

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=13051

Vidéo : https://drive.google.com/file/d/0BwCb3W7gOmG7bzdjeXNHUU04dWc/view?usp=sharing

Dans ce collège en éducation prioritaire, les élèves éprouvent des difficultés de tous ordres (agitation permanente, surcharge émotionnelle, manque d’estime de soi, sentiment d’échec, manque de confiance en soi, sentiment d’insécurité, manque d’intérêt pour la chose scolaire, problème de mémorisation, manque d’attention, de concentration et d’organisation de la pensée). Déjà bien engagée dans des actions innovantes par ailleurs, l’équipe expérimente des solutions alternatives pour mieux répondre aux besoins de ses élèves : des ateliers de développement personnel, de yoga en Accompagnement Personnalisé et, à d’autres moments, des activités relaxantes, d’expression artistique, littéraires, dramatiques, des activités physiques, de projections de films éducatifs et des sorties sont proposées à des élèves repérés. Ces pratiques les aident à évacuer les émotions négatives qui font obstacle à l’attention, à la concentration et à la mémorisation. Il s’agit de mieux les préparer aux apprentissages, pour favoriser la maîtrise des compétences du socle et l’envie de réussir dans le cadre du parcours Avenir. Des séances d’information et de pratiques relaxantes pour les parents, organisées par les associations de parents d’élèves, des formations sur site pour le personnel ainsi que des cours de yoga sont mis en place dans l’établissement. Le rayonnement de ce dispositif sur l’environnement est déjà là, dans d’autres écoles et dans la formation professionnelle.

 Numavenir - Persévérance scolaire et Numérique pour 4500 élèves dans l’académie de Nancy-Metz

Rectorat, 54035 Nancy CEDEX , académie de Nancy-Metz

Mél : christine.francois1 ac-nancy-metz.fr

Site : http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/spip.php?article1193

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12790

La persévérance scolaire se traduit par une politique ambitieuse visant à augmenter le nombre de diplômés dans 37 lycées professionnels et dans 11 collèges de l’académie. Le secteur d’activité retenu pour expérimenter Numavenir est le commerce et la vente préparant à un CAP certificat d’aptitude professionnelle ou à un baccalauréat professionnel. Des élèves de SEGPA section d’enseignement général et professionnel adapté en bénéficient également.

Le dispositif systémique s’attache à mieux articuler la qualité des enseignements, notamment en promouvant une dimension bienveillante de l’évaluation, le développement d’un outil de différenciation pédagogique et l’étayage des alliances partenariales pour accompagner les élèves ; les acteurs s’appuient sur l’Environnement Numérique de Travail dans la relation école-famille. Il s’agit d’agir avant que l’élève décroche, au cœur des pratiques pédagogiques de la classe.

Chacune des actions prend appui sur des pépites pédagogiques réalisées par un ou 2 enseignants, pour lesquelles des effets positifs dans les apprentissages ont pu être observés. Tout au long du projet des classes, des disciplines, des établissements peuvent y être associés. Les ressources numériques produites (un parcours de formation Magistère par exemple), développées (le module d’évaluation bienveillante), achetées (l’outil de Mindpapping,…) pourront être utilisées de façon durable par les équipes enseignantes.

Les productions pédagogiques et les réalisations des élèves seront disponibles et téléchargeables sur le site du projet. L’implication de l’ESPE École supérieure du professorat et de l’éducation (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) apporte la dimension universitaire. La durée du projet, 36 mois, permet d’intégrer le lancement, la mise en œuvre des expérimentations et les premières analyses de résultats sur les cohortes de jeunes. Dans le cadre des usages du numérique dans l’éducation, les collectivités territoriales, la région Grand Est, les conseils départementaux de la Meuse, de Meurthe et Moselle, de Moselle, des Vosges sont associés au projet.

Co-financé par l’Union Européenne le projet est géré administrativement et financièrement par le GIP-DAFCO de l’Académie de Nancy Metz.

 Apprendre à rebondir - La résilience ordinaire

Ecole Active Bilingue Jeannine Manuel (Collège privé), 70 rue du Théâtre , 75015 Paris, académie de Paris

Mél : contact scholavie.fr

Site : http://www.scholavie.fr

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=13156

Stress et anxiété à l’école ne sont pas une fatalité. Les compétences du bien-être s’apprennent, quelle bonne nouvelle ! Contrôler ses réactions, surmonter les obstacles du quotidien, rebondir après les difficultés, c’est possible ! Un établissement parisien expérimente en classe de 5ème, le programme de résilience SPARC, Apprendre à rebondir. SPARC (Situation, Perception, Affect, Réaction, Conséquence) est une adaptation d’un programme original anglais écrit par 2 psychologues Ilona Boniwell et Lucy Ryan, intitulé SPARK Resilience Program. Il a été transformé et enrichi grâce au travail d’Ilona Boniwell et Laure Reynaud ; il enseigne de manière simple et ludique les conséquences de la perception que chacun peut avoir d’une situation de la vie ordinaire. Il procure aux collégiens un éventail d’outils et de solutions pour apprendre à garder le contrôle, à gérer leurs émotions et à bâtir leur résilience sur le long terme en puisant dans leurs ressources.

L’interdisciplinarité du programme est une de ses forces et c’est ce qui lui donne du sens en favorisant la pédagogie par projets, permettant ainsi d’éliminer le problème du temps. Chacune des 12 leçons contient un plan avec les objectifs d’apprentissage, les ressources disponibles, un aperçu des activités, une méthode pédagogique recommandée et une estimation du temps pour chaque activité et des éléments pertinents inspirés de la recherche. Outre les ressources disponibles pour l’enseignant, un cahier d’exercices est destiné aux élèves et contient les tâches à accomplir en cours et à la maison. Ces leçons sont enseignées une fois tous les 15 jours par le professeur principal, pendant les heures de vie de classe. Elles peuvent aussi être mises en place pendant les heures d’AP ou d’EPI (« Corps, santé, bien-être et sécurité »).

 Un nouveau geste professionnel de l’enseignant pour accompagner la réussite de tous les élèves

Collège Louis Pergaud, 55160 Fresnes-en-Woevre, académie de Nancy-Metz

Mél : veronique.delandre ac-nancy-metz.fr

Site : http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/spip.php?article1200

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12848

Certaines pratiques dans la classe peuvent générer un décrochage cognitif qui empêchent l’élève de s’engager dans ses apprentissages ; cela n’est pas toujours perçu ou visible. Un ajustement du geste professionnel serait-il le levier permettant d’accompagner une meilleure réussite de tous les élèves ? Il s’agit de permettre aux enseignants de produire un retour réflexif sur leurs pratiques. Le groupe de pairs observe, est observé et envisage une modification, un amendement, un « travailler autrement ». En annualisant les emplois du temps des enseignants, une certaine souplesse d’organisation laisse entrevoir une optimisation du fonctionnement des temps d’accompagnement personnalisé.

Les enseignants d’EPS Education physique et sportive travaillant déjà beaucoup sur les postures des élèves deviennent alors la première équipe des « observateurs », avec une grille d’observation et des critères d’analyse définis pour les élèves. À partir de cette analyse, un temps de réflexion est engagé avec l’équipe référente (enseignants d’EPS, CPE Conseiller principal d’éducation , infirmière et Principale) : comment l’élève modifie ses postures et son attention selon son emploi du temps quotidien / hebdomadaire, selon la discipline, l’enseignant, le moment, … À terme, des élèves s’engagent sur la voie de la réussite grâce à un geste professionnel de l’enseignant qui permet cette réussite ; cela s’accompagne d’une adaptation des instances aux nouvelles modalités d’apprentissage (conseil de classe rénové par exemple).

Mise à jour : 9 mars 2017