ac-amiens.fr

Congés d’été

Du lundi 10 juillet au vendredi 1er septembre, le rectorat est ouvert de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30.

Sommaire

La réussite scolaire en éducation prioritaire

Avec les REP Réseau d’éducation prioritaire +, l’éducation prioritaire s’est dotée de moyens importants en termes de concertation pour les équipes et d’accompagnement des réseaux ; les enseignants expérimentent pratiques et dispositifs pédagogiques propres à soutenir les apprentissages de tous et permettre une réussite plus affirmée dans les milieux défavorisés.

 Organisation pédagogique et éducative du temps scolaire : intensifier le rôle et la place des parents, développer le tutorat entre pairs

Ecole élémentaire Liandon, 03300 Cusset, académie de Clermont-Ferrand

mél : catherine.colonna-d-istria ac-clermont.fr

Site : http://formation.ac-clermont.fr/pasi/

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12823

Dans une école de 14 classes, dont une classe ULIS unité localisée pour l’inclusion scolaire -Ecole en Réseau d’Education Prioritaire, des enseignants travaillent ensemble à l’élaboration de séances au service des langages. Ils imaginent et mettent en place, en se concertant, après observations, mais aussi en réponse à la demande de parents démunis, des parcours particuliers pour des élèves en difficulté. Pour toute l’équipe de l’école, diversifier les pratiques et varier les organisations sont des réponses à expérimenter pour soutenir l’attachement scolaire des jeunes élèves : proposer des temps différents pour l’enfant à l’école (période, semaine, journée), inscrire la transdisciplinarité au service de la langue, pratiquer le co-enseignement et installer le tutorat par les pairs. La composition des groupes, ouverts à toutes les classes d’âge ainsi qu’aux élèves à besoins particuliers, fait expérimenter une coopération nécessaire. La coéducation permet d’intensifier l’implication des parents. Ce projet, accepté de tous, où adultes et enfants s’engagent, construit une dynamique assurant une meilleure prévention de la violence et de l’échec scolaire.
Les élèves apprécient le travail en tutorat. Ils effectuent les tâches proposées en pratiquant de véritables échanges, ils en parlent aux élèves des autres classes. Les enseignants s’impliquent de plus en plus, l’adhésion des parents et des élèves à ce projet les encourage et les amène à imaginer des modalités d’action au plus près des besoins des élèves et de leur famille. Les parents sont de plus en plus nombreux à participer aux actions. Cette nouvelle organisation est fondée sur la réorganisation des groupes d’apprentissage sur les différents temps de la journée de l’enfant. II fédère tous les acteurs : les enseignants, les élèves, les parents. Cela engendre une véritable communication entre tous.

 Faire vivre le cycle 3 : classes à double niveau Cm2/6ème

Collège Lucie Aubrac, 93430 Villetaneuse, académie de Créteil

Mél : Thomas.heuze ac-creteil.fr et isabelle.paulet ac-creteil.fr

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12805

Le nouveau cycle 3 plonge les classes de CM2 et de 6ème au cœur de la transition école - collège. Comment rendre cette transition plus douce ? Comment permettre aux élèves de CM2 de préparer au mieux leur entrée au collège du point de vue des apprentissages mais aussi de l’adaptation à un rythme plus soutenu, à une liberté de déplacement plus vaste, à une multitude de référents, … ? Et comment permettre aux élèves de 6ème d’acquérir les objectifs fixés en fin de cycle sans que ceux-ci soient complètement déconnectés des pratiques qui ont précédé les 2 années précédentes ? Ce nouveau cycle, charnière entre l’école et le collège, doit permettre aux élèves d’école élémentaire d’appréhender de façon plus douce et efficace cette transition grâce à une année supplémentaire permettant d’atteindre les objectifs fixés par ce nouveau cycle de 3 ans.

Le collège accueille une classe de CM2 au collège sur 2 classes de 6ème afin de mettre en œuvre 2 classes à double niveau : les élèves de CM2 et de 6ème partagent les mêmes enseignants (professeur des écoles et professeurs du collège) dans les mêmes matières, dans le respect des contenus d’enseignement (programmes officiels) et des temps d’enseignement (grille horaire règlementaire). La qualité du travail s’améliore dans les classes de CM2-6ème en même temps que se développent les compétences professionnelles des enseignants du fait de l’échange de pratiques 1er et 2nd degré.

 Création d’un F.O.R.U.M. : Familles, Ouverture, Réussite, Unité de la Maternelle Blanchot

Ecole maternelle René Blanchot, 87100 Limoges, académie de Limoges

Mél : ce.0870645d ac-limoges.fr

Site : http://ia87.ac-limoges.fr

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12756

L’histoire de notre école, la maternelle René Blanchot, est celle d’un partage, d’un partage avec les familles de la cité de la Bastide. C’est au pied des barres d’immeubles et au cœur de la cité qu’est né notre projet. Nous voulions inciter les familles à entrer dans l’école, favoriser les interactions et valoriser parents et enfants .En transformant notre patio, au centre de notre école, en un véritable lieu de vie et de partage(s), l’équipe a impulsé le dialogue et dynamisé la mixité sociale. Ce patio est devenu le passage symbolique de la cité vers la Cité, véritable structure fédératrice du quartier, redonnant tout son sens au mot FORUM. Créé lors de la semaine de l’école maternelle, le F.O.R.U.M. a rencontré l’adhésion de tous. Chacun a pu participer selon ses goûts, sa personnalité et ses envies.

L’acronyme FORUM résume à lui seul l’esprit du projet d’équipe de l’école maternelle René Blanchot. F pour familles : plus de 85% des familles ont participé à au moins un atelier. O pour ouverture : les mamans ne se voyaient que très peu car cela n’est pas forcément autorisé et elles ont mille tâches de la vie quotidienne à gérer tout en s’occupant des petits non encore scolarisés. Créer un espace au sein de l’école, où les familles peuvent se rencontrer et ensemble le transformer en F.O.R.U.M. est un enjeu majeur. Il légitime la place des mamans aux yeux de la famille et crée un espace de libre discussion. En effet, leur place dans ce lieu est légitime puisque les parents font partie intégrante de la communauté éducative et que pour eux, l’école c’est important ! R pour réussite : cette semaine, qui était une étape tremplin au développement encore plus large l’année suivante de ce projet, a tenu toutes ses promesses et ne fait que renforcer la volonté d’élargir ce F.O.R.U.M. U pour unité : la semaine a permis de fédérer la communauté éducative de l’école maternelle Blanchot et de lui créer une identité. Pendant cette semaine, il n’y a eu aucun heurt, chacun a participé quelle que soit sa communauté, parfois ensemble, parfois à côté, mais toujours dans le respect de l’autre. Et cela perdure … M pour Maternelle Blanchot.

 Coopérer entre élèves, collaborer entre adultes solidaires en éducation prioritaire

CANOPE, 54035 Nancy CEDEX, académie de Nancy-Metz

Mél : sophie.de-souza reseau-canope.fr

Site : http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/spip.php?article1185

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12869

5 équipes de 1er degré, engagées dans le développement de pratiques de coopération entre élèves et entre adultes, en lien avec le référentiel de l’éducation prioritaire, ont été accompagnées dans la production de ressources à destination du site national de l’éducation prioritaire : https://www.reseau-canope.fr/education-prioritaire/accueil.html. Le cadre et les outils de travail proposés aux équipes pour élaborer ces ressources les ont encouragées à faire évoluer les contenus mutualisables pour les engager dans le partage de leurs démarches professionnelles, faites d’hypothèses, de tâtonnements, d’évolutions, d’essais et d’erreurs…

Pour mener à bien le travail d’écriture et d’éditorialisation, chaque équipe a été accompagnée par un binôme d’accompagnateurs issus du réseau Canopé, par un formateur spécialiste de l’écriture professionnelle, et par l’atelier Canopé de Nancy. Ce travail d’écriture ainsi que le regroupement périodique des 5 équipes ont permis une posture professionnelle réflexive faisant émerger des questions inattendues et/ou des hypothèses interprétatives. Sylvain Connac, enseignant chercheur à l’université Paul-Valéry de Montpellier, a accompagné à distance chacune des équipes dans leur réflexion et pratique professionnelles sur toute la durée du projet.

 Écrire ensemble à l’heure du numérique en REP Réseau d’éducation prioritaire + : les Oulimpiades, un projet d’écriture collaboratif et citoyen pour l’avenir

Collège La Marquisanne, 83200 Toulon, académie de Nice

Mél : claude.manchet orange.fr

Site : https://padlet.com/ClaudeRM/OULIPO

Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12909

Ce projet d’écriture collaborative vise à faire partager les productions écrites et orales de 10 classes, engagées dans une action fédératrice et citoyenne, sur un mur numérique « Padlet ». Par le biais de textes à contraintes (Oulipo) et de leur mise en voix, l’équipe pédagogique du cycle 3 travaille en inter-degré dans le but commun de dépasser les appréhensions des élèves devant la tâche écrite et de valoriser l’estime de soi. Cette démarche innovatrice devant les difficultés que pose la langue de l’Ecole a pour but de lutter contre le décrochage scolaire en cultivant chez l’élève le goût de l’écriture et de la lecture. L’équipe volontaire, composée de 9 enseignants (2 classes de CM1, 4 classes de CM2, 4 classes de 6ème), encadrée par un professeur supplémentaire, formatrice dans le cadre de la maîtrise de la langue, a mené une réflexion sur les compétences développées lors de la production d’écrits créatifs et sur le plaisir d’écrire ensemble, en développant chez les écrivants des habiletés dans 4 opérations : les ajouts, les suppressions, les substitutions et les déplacements. Ceci par le jeu, la poésie et l’humour. L’élève va à la rencontre d’un texte « souche », intègre une consigne qui lui permet de le transformer, de se l’approprier et de créer un autre récit. La contrainte est alors source et condition de libération, d’exigence et de maîtrise. La présentation sous un aspect ludique - des défis d’écriture sont lancés entre 10 classes de cycle 3 à l’aide de supports numériques sur Padlet - permet d’envisager une approche et une pratique différentes des activités de structuration : grammaire, orthographe, vocabulaire. Les textes produits et mis en voix sont diffusés également sur la radio locale toulonnaise Radio Active 100.FM (7000 auditeurs par jour) dans l’émission Paroles d’écoles. La diffusion de l’émission touche non seulement les parents des élèves engagés dans l’action mais aussi des anonymes de l’aire toulonnaise.

Ce dispositif accroît la motivation des élèves à entrer dans la littérature et prévient le décrochage scolaire. L’écart entre les pratiques langagières des élèves et la langue proposée à l’école est quelquefois un écueil pour rentrer dans les apprentissages. Les sensibiliser à la fonction poétique de la langue en les laissant créer, en leur permettant de tester l’effet produit sur leur lecteur ou auditeur, permet de dépasser les appréhensions devant une langue considérée comme « difficile ». La mise en lien des apprentissages souvent cloisonnés favorise un engagement individuel et collectif dans un projet commun. Les enseignants proposent des situations d’apprentissage exigeantes et toujours valorisantes pour l’élève afin de favoriser son bien-être scolaire et l’estime de soi.

Mise à jour : 9 mars 2017