ac-amiens.fr

Sommaire

Vingt-et-unième séminaire annuel du Trinôme académique

Mardi 24 janvier 2017

Valérie Cabuil, recteur de l’académie d’Amiens, chancelier des universités, a ouvert avec le général de division Thierry Coqueblin, gouverneur militaire de Lille, officier général de la zone de défense et de sécurité Nord, et avec Bernard Lepers, président de l’association régionale des auditeurs de l’Institut national des hautes études de défense nationale (IHEDN), les travaux du vingt-et-unième séminaire du trinôme Education nationale - Défense - IHEDN.

Ce séminaire était organisé dans le but de promouvoir une éducation à la défense et à la citoyenneté et avait pour thème « 1917-2017 Guerres et nouvelles technologies ». Placé sous le double patronage de l’Académie des sciences morales et politiques et de la Mission du centenaire de la Première guerre mondiale, il s’inscrivait dans un cycle inauguré en 2014 et consacré à la commémoration de la Grande guerre.

 Le Trinôme : une structure de concertation au niveau académique

Le Trinôme est une structure de concertation et d’organisation déconcentrée, qui réunit sur le plan académique l’Education nationale, la Défense et l’IHEDN. Il émane d’un protocole, signé en 1982, puis renouvelé en 1989, en 1995 et en 2007 par les ministres en charge de l’Education nationale et de la Défense, en liaison avec les associations des auditeurs de l’IHEDN. Son objectif est de promouvoir l’éducation à la défense et à la citoyenneté.

Cette année, le Trinôme s’inscrit dans le cadre d’un nouveau protocole, en vigueur depuis le 20 mai dernier, dont l’objectif est de développer les liens entre la jeunesse, la défense et la sécurité nationale. Les signataires en sont la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministre de la Défense et aussi, ce qui constitue une nouveauté par rapport aux quatre protocoles précédents, le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

L’ensemble du dispositif contribue à la mobilisation de tous pour les valeurs de la République et à la promotion du « vivre ensemble ». Il intègre par ailleurs les engagements ministériels inscrits dans le plan national d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, ainsi que les onze mesures du plan de la grande mobilisation de l’Ecole et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Il identifie ainsi cinq « axes d’effort » prioritaires :

  • Renforcer l’enseignement de défense et la formation des enseignants ;
  • Développer les relations entre la défense et l’enseignement suéprieur ;
  • Participer à la lutte contre le décrochage scolaire et contribuer à la détection des jeunes en difficulté de lecture ;
  • Favoriser le lien défense-jeunesse, l’égalité des chances et l’insertion professionnelle des jeunes ;
  • Favoriser la reconversion des militaires au sein de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cela passera notamment par la promotion des dispositifs de valorisation des acquis de l’expérience.

Le Trinôme rejoint ainsi un autre dispositif récemment mis en place dans l’Education nationale, les Classes Défense et Sécurité globale (CDSG), dont l’objectif est triple :

  • Promouvoir l’esprit de défense et les valeurs de citoyenneté ;
  • Renforcer les liens entre la Nation et son Armée ;
  • Contribuer à la lutte contre l’exclusion d’une partie de notre jeunesse.

 Le vingt-et-unième séminaire annuel : des travaux et des débats sur le thème « 1917-2017 : guerres et nouvelles technologies »

Le séminaire annuel organisé par le Trinôme vise à ouvrir une réflexion sur la géopolitique mondiale en croisant des apports didactiques et scientifiques. Il contribue ainsi à informer les enseignants et à les former à l’éducation à la défense, ainsi qu’à susciter des échanges entre le monde de la Défense et celui de l’Education nationale.

Pour cette raison, le séminaire du Trinôme est inscrit au plan académique de formation continue. Il s’accompagne de nombreuses activités et est notamment suivi d’un stage pédagogique intitulé « Découvrir, enseigner l’esprit de défense au collège et au lycée ».

Les sujets retenus cette année pour les principales conférences du séminaire ont été les suivants :

  • L’année 1917, approche historique : l’entrée en guerre des Etats Unis, par Bernard Phan, professeur honoraire de première supérieure ;
  • La chimie et les guerres, par Armand Lattes, professeur émérite de l’Université Paul Sabatier, Toulouse, docteur ès sciences et docteur en pharmacie ;
  • Cyberdéfense, cyberguerres, par le lieutenant-colonel Le Bihan, Etat-major des armées/CYBER – Ministère de la Défense.

Près de 500 personnes ont participé aux travaux : personnels de l’Education nationale, ainsi que du ministère de l’agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, universitaires, chercheurs, cadres militaires et civils de la Défense, auditeurs de l’IHEDN, invités des autorités du Trinôme, personnels et étudiants de l’UPJV Université de Picardie Jules Verne , élèves et étudiants du cycle terminal et des classes préparatoires aux grandes écoles.
Le séminaire s’inscrivait dans le cycle du centenaire de la Première guerre mondiale inauguré en 2014 et avait obtenu le label de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. L’académie d’Amiens, ses personnels, ses enseignants et ses élèves se sont par ailleurs résolument engagés dans cette commémoration, qui a connu de très nombreux temps forts comme Thiepval 2016, dans la Somme, dont le retentissement sur le plan international a été considérable. Le rectorat prépare activement à présent le centenaire, dans l’Aisne, de la bataille du Chemin des dames.

Mise à jour : 25 janvier 2017